Destinations de promenades


 

La Gaume

 

La Gaume, au sud des Ardennes et dans la province de Luxembourg, couvre 1/30 du territoire belge. Conjointement avec le Pays d'Arlon plus à l'Est, elle forme la Lorraine Belge appelée naguère "le bon pays lorrain". Alors que le patois de la région d'Arlon est d'origine germanique, celui de la Gaume - le wallon lorrain - est d'origine romane.

 

C'est une des régions les plus vertes et les moins peuplées de toute la Belgique. Le paysage se compose de bois et de prairies, et l'industrie en est pratiquement absente. La Gaume est un pays de cuestas, une cuesta étant une colline dont l'une des pentes a été rendue abrupte par l'érosion, alors que l'autre forme un plateau légèrement incliné.

 

La Gaume forme la fin du bassin parisien. Les vents d'ouest, remontant de ce bassin vers les hauts plateaux des Ardennes, bloquent les rigoureux vents d'est familiers des Ardennes et garantissent - dans une partie de la Gaume seulement - un microclimat dont le plus impressionnant effet se situe à Torgny, un village "provençal" avec vignobles et criquets.

 

La nature de la Gaume est incomparable avec celle des Ardennes; elle est plus douce et accueillante. C'est une région où on vit avec la nature et avec les saisons, et où on prend le temps de vivre. On y voit encore en été des coquelicots le long des champs et des routes.

 

La région subit graduellement une "déforestation invisible" : les plus beaux et gros arbres sont systématiquement abattus, livrés en proie à la loi du profit. Comme partout ailleurs, les villages s'étendent rapidement et grignotent dans les espaces de nature. La Gaume reste néanmoins merveilleuse, et certaines forêts gardent une splendeur inégalée, comme celle qui s'étend des Epioux à Chassepierre et qui appartient étrangement à... la ville de Mons.

De ses habitants, Jean-Claude Servais (un excellent créateur de BD de la région) a dit : C'est pour cela que je vis en Gaume : j'estime que les Gaumais sont des gens très spontanés, très francs et qui n'essayent pas de se donner les allures de ce qu'ils ne sont pas.

 

Quelques lieux particuliers

 

Voici quelques pistes pour explorer la région. Ce sont de beaux coins de nature et/ou des lieux à forte connotation spirituelle. Pour votre facilité, ils sont classés en étoile autour de Florenville, partant de cette petite ville pour s'en éloigner toujours plus.

 

Et, avant de vous mettre en route, préparez-vous à jouer avec toutes les nuances de vos changements de vitesse. Car sur les mêmes routes régionales alternent des limitations à 90 km/h (standard), à 70 km/h, à 50 km/h (traversées des villages), voire à 30 km/h (les fameuses "Zone 30" essentiellement à hauteur des écoles). Une minute de distraction, et hop! la police gaumaise qui ne manque pas d'imagination dans le choix de ses planques vous a pris en photo. Un joli souvenir de vacances...

 

A Florenville :

  • Vue imprenable en haut du clocher de l'église.
  • Pour assister au brâme des cerfs (+- 20 septembre-début octobre), prendre direction Martué, puis rapidement direction Laiche, ensuite dans la montée un chemin de pierres sur la droite. Arrêtez-vous à la clôture et observez.

Axe Florenville-Bouillon :

  • Le long de la N 83, à hauteur de Chassepierre, se trouve un exceptionnel point de vue qui mérite un arrêt.
  • Un magnifique but de promenade: la Roche à l'Appel à Muno. Forêt, rivière, grimpette, point de vue, chemins dégagés, calme, nature variée. Sur la N 83 Florenville-Bouillon, à quelques kilomètres de Florenville, prendre direction Muno. C'est fléché à partir du centre du village.
  • Dans le village de Ste Cécile, au début de la route vers Herbeumont se trouve une antique statue en pierre d'une Vierge assise, probablement une de ces Vierges Noires dont la région est friande.
  • Un petit peu plus loin sur la N 83, suivez les indications vers Herbeumont. Vous verrez un calvaire (Christ en croix) au bout d'une des rues partant du carrefour principal du village. Montez la rue sur la gauche du calvaire; vous arrivez aux ruines du château-fort d'Herbeumont construit en 1258. Le point de vue sur les méandres de la Semois et sur les forêts de sapins vous démontre sans erreur possible que vous vous trouvez en Ardennes. Ce site, accessible en permanence au public, est merveilleux de calme et d'isolement. Un lieu idéal pour passer quelques heures méditatives. Une petite ballade dans les forêts le long de la colline vous apporte de la fraîcheur même lors des plus chaudes journées.

Axe Florenville-Carignan :

  • Prenez direction Carignan, puis Mouzon, où vous trouvez l'Eglise abbatiale gothique Notre-Dame et ses orgues.
  • Beaucoup plus éloigné, en France, signalons que Charleville-Mézières est le berceau de Rimbaud. On y trouve le musée Arthur Rimbaud, et la ville organise parfois des activités qui lui sont consacrées. Charleville-Mézière est une ville très culturelle. Voyez plus loin le lien vers le festival mondial de marionnettes.

Axe Florenville-Neufchâteau :

  • Passionnante transition entre les forêts de Gaume (côté Florenville) et des Ardennes (côté Neufchâteau)! Nombreuses ballades dont j'espère vous entretenir bientôt. Voici déjà une première destination. Peu après Lacuisine (venant de Florenville), prenez direction Les Epioux. Garez dans les environs du lac. Explorez.
  • Chiny est le premier village après Florenville. Lieu autant résidentiel que touristique, on y embarque pour des descentes en kayak de la Semois. Au centre du village, prenez direction Leglise/Neufchâteau (N 894), traversez la Semois, et trouvez sur la hauteur un point de vue (indiqué depuis la route) parmi les plus beaux de la région. Il faut marcher un petit peu à partir de la route. J'adore y passer une heure ou deux à écrire sur la table en gros bois.
  • Plus loin sur la N 894 (entre Chiny et Suxy, au croisement avec la route Izel-Straimont) se trouve un impressionnant édifice dédié à la Vierge, dont l'inscription mentionne "Veille sur moi qui passe en t'invoquant, ô tendre mère". Une association de volontaires de la région oeuvre à restaurer ce monument construit en 1911 en grande forêt de Chiny (renseignements au 061/32.90.64).

Axe Florenville-Virton :

  • A la sortie de Florenville, bifurquez vers Chameleux: quelques maisons au fond d'une belle petite vallée, et un point de jonction d'aussi belles ballades. Il fait bon se poser au café-snack 'Le Chameleux' (fermé mardi soir et mercredi) et sa terrasse au milieu de la vallée. Réception GSM malaisée dans ce petit caisson naturel. Les ruines du relais gallo-romain anciennement situé sur la chaussée Reims-Trèves ne sont pas des plus excitantes. Poussez plutôt une pointe jusqu'au petit village français de Williers en haut de la colline.
  • L'abbaye d'Orval nous accueille pour la visite de ses ruines au milieu desquelles trône un chêne magistral, pour l'abbaye contemporaine et ses offices religieux, et aussi pour un petit magasin dont les ouvrages sont intelligemment triés sur le volet. L'abbaye produit également la bière, le fromage et le pain d'Orval. Leur bière se sert juste frais (de la cave) et pas froid du frigo comme une vulgaire chope. Elle se verse en tenant le verre incliné... doucement !! On ne vide pas le fond de la bouteille. La bière doit rester claire. Le dépôt de levure est de l'engrais pour les plantes vertes.
  • Face à l'abbaye se trouve la route vers mon village de Villers-devant-Orval, qui voue une dévotion exceptionnelle à Saint Gengoulf. Vous trouverez un portrait de ce saint hors-normes plus loin sur la présente page.
  • Traversez Villers-devant-Orval. Au-délà de la frontière, en France, fléché à partir de Margut, l'Ermitage de St Walfroy. Le diacre St Walfroy a vécu sur cette colline à partir de 565, évangélisant la population locale qui a abjuré sa dévotion à la déesse celte Arduinna. Cette déesse tutélaire, flanquée d'un sanglier, a donné son nom à la région des Ardennes. L'ermitage dégage encore aujourd'hui la rigueur de cet ermite qui, comme les stylites d'Orient, se tenait sur une colonne pour y endurer le climat ardennais. Le silence et le point de vue sur le pays d'Yvois sont imprenables. Divers ordres religieux s'étant succédés à travers les siècles pour gérer l'ermitage (le dernier en date s'étant implanté en 1989), le lieu est plus intéressant pour lui-même que par sa tradition religieuse.
  • Egalement en France, la cathédrale d'Avioth et sa Vierge Noire. Cette cathédrale en cours de rénovation trône au centre d'un petit village. La direction d'Avioth est fléchée sur la N 88 Florenville-Virton, non loin d'Orval. Lisez plus loin la présentation de la Vierge Noire, ainsi que celle du dragon.
  • Merveilleux (et même émouvant) coin de nature, le Gros Cron est une roche calcaire du sommet de laquelle jaillit une fraîche source aux propriétés pétrifiantes. A Meix-devant-Virton (sur la N 88 Florenville-Virton), prenez direction Lahage (La Hache sur certaines cartes). Le Gros Cron est bien fléché à partir du centre de ce village. Laissez votre voiture à l'orée du bois et continuez à pied. N'espérez pas l'y voir, mais sachez qu'on a découvert sur le promontoire du Gros Cron les traces d'un refuge celte datant du 1er siècle avant J.C., avec un double fossé et une enceinte de pieux. Sous les Romains, un bain public avait été aménagé aux abords de la source. Du Moyen Age à la Révolution française, le creux au pied du rocher a abrité un ermitage. Bien malin le promeneur qui devinerait tout cela en se reposant en ce coin de paradis avec vue sur chemin de fer...
  • Les ruines du château de Montquintin, datant du 10e siècle, proposent un magnifique point de vue sur le pays de Virton. Leur position en bordure de village et la présence dans le paysage de la 'cellulose des Ardennes', une des rares usines de la région, ne donnent malheureusement pas envie de s'y attarder. Juste avant l'entrée de Virton, prenez la N 871 direction Rouvroy, puis bifurquez immédiatement sur Monquintin.
  • Plus loin sur cette même N 871, suivez les indications vers Torgny, un magnifique petit village touristique de style provençal.

A Virton :

  • Curiosité: un totem canadien, un exemplaire problement unique en Belgique, se trouve face au bureau de tourisme de Virton. C'est le cadeau de départ de militaires canadiens enchantés de l'hospitalité locale. Ils ont occupé une base d'aviation militaire à Marville de 1954 à 1967. En cas d'intérêt pour cette époque qui a fortement marqué la région, procurez-vous le livre très documenté 'Marville RCAF Air Base 1954-1967' chez Pierre Baar, 22 rue de la Station, 6762 Saint-Mard, tél. +32 (0)63/57.88.50 après 18h30. Le totem a été inauguré le 11 mars 1967 en présence de cinq mille personnes.
  • A Virton également, rue Bouvier, se trouve un monument aux morts inintéressant, si ce n'est pour une statue du Christ dans une position dans laquelle on le voit rarement. Il semble donner un soin de Reiki...
  • Dans le fond de l'église de Virton se trouve un tableau représentant Saint Bernard buvant le lait de la Vierge. C'est une allégorie de l'initiation: le lait miraculeux de la Vierge est l'aliment spirituel qui permet l'évolution spirituelle. L'action de Saint Bernard semble avoir favorisé grandement le culte de la Vierge Marie qu'il appelait Notre Dame.
  • Passez également par le bâtiment du CPAS pour admirer les petits dragons en fonte (voir la présentation plus loin dans le texte).

En étoile autour de Virton :

  • Le Chêne du Bon Dieu à Ruette. Sur la N 88 Virton-Aubange, à quelques kms de Virton, traversez le village de Ruette et montez la rue de Saint-Pierremont. A l'entrée de la forêt, un petit Christ en croix est incrusté dans un vieux et tout petit arbre. Là, vous vous trouvez entre ciel et terre dans une inversion de repères: le panorama est en-dessous de vous, et la forêt au-dessus. Un bel endroit de méditation ou de pique-nique. Préférez un jour de beau temps, pour avoir une vue dégagée...
  • Le Trou des Fées à Croix Rouge, au croisement de la N 87 Etalle-Virton et de la N 879 Bellefontaine-Ethe. Direction Ethe, panneau en bois après quelques mètres sur la droite (si vous venez de Virton, prenez la direction d'Arlon, puis à Ethe prenez la N 879 direction Croix Rouge/Bellefontaine). Plus loin, le chemin vers le Trou des Fées bifurque à 90° vers la droite, et il n'y a aucune indication. Ne le ratez pas. Vous arrivez à une colline pleine de petites grottes. Douceur de la nature. Proche de la route, dommage. Contrastant avec le décor idyllique, on dit que les fées apparaissent parfois métamorphosées en chiens noirs. Elles explorent alors les environs en faisant mille et une méchantes farces aux humains, comme d'incendier leurs fagots. Préférez le printemps et l'été pour votre visite aux fées, quand il y a beaucoup de végétation. Idéal pour y passer une heure avec les enfants.
  • Les ruines gallo-romaines du château de Montauban, ne sont plus constituées que de quelques vieilles pierres. Mais une observation attentive du site nous raconte les hommes qui ont vécu là. Situé au coeur d'une riche forêt, ce lieu porte les traces d'une intense activité. De clairières artificielles ont été crées aux alentours du château, probablement pour y exercer des activités de fermage, et on peut encore voir les ruines des forges plus bas dans la vallée, le long de l'eau. Les habitants du lieu étaient des travailleurs qui ont trouvé là le lieu idéal pour exercer leurs activités. Le lieu est également appelé château des quatre fils Aymon, car les mythiques frères montés sur leur cheval Bayard l'auraient reconstruit lors de leur conflit avec Charlemagne. Il semble, en tous cas, que le château a été fortifié au Moyen-Age d'un immense donjon et d'un large fossé. Cet endroit, où la nature a repris ses droits, plaira surtout aux âmes romantiques. De Virton, prenez la direction d'Arlon, puis à Ethe prenez la N 879 direction Croix Rouge/Bellefontaine). Prenez, sur cette route, la direction Buzenol/Montauban. Le site se trouve le long de cette route. Dans l'autre sens, prenez la direction de Virton à partir d'Etalle, puis bifurquez rapidement sur Buzenol.
  • Sur la même N 879, mais à l'opposé d'Ethe dans la direction de Gomery, se trouve un petit dolmen du néolithique tout rikiki. Mais bon, un dolmen c'est un dolmen, n'est-ce pas... :o)
  • Le calvaire et la chapelle de Wachet, à Saint-Léger, le long de la N 82 Virton-Arlon. La chapelle, isolée en pleine nature, est dédiée à Marie. Diverses représentations, dont quatre vitraux, déclinent plusieurs aspects de la Vierge: fille de Ste Anne (virgo pariot), la mère du Christ (la Vierge Ste Marie), la Vierge de Beauraing (convertissez les pêcheurs), la descente de croix (consolatrice des affligés)... Au-dessus de l'entrée se trouve une petite Vierge Noire, que la brochure officielle ne mentionne évidemment pas. La chapelle est précédée d'un chemin de croix en pierre. Vous pouvez également l'aborder par l'autre côté, en évitant le chemin de croix. C'est un merveilleux endroit de méditation, où la spiritualité se trouve au coeur de la nature. La chapelle fut édifiée en 1668 sur l'emplacement d'un ermitage (logis de l'ermite) déjà cité en 1559.
  • Quelques mètres plus loin, juste après la sortie de Saint-Léger direction Arlon, tournez à gauche vers le Fourneau David / Les Iris. Attention, cette indication n'est pas visible de loin. Roulez jusqu'au bout et garez près du lac de pêche. Suivez la ballade 16 qui file sur la droite derrière le lac. Arrivé au croisement avec un autre chemin, tournez à gauche vers le trou du Pérou, c'est indiqué. Vous arrivez dans un petit coin de nature époustouflant, à croire qu'on n'est pas en Belgique. N'hésitez pas à vous mouiller sous la petite cascade.
  • Poussez une pointe jusqu'à Arlon pour admirer la cathédrale Saint Martin (lisez la présentation du dragon dans "Lieux ésotériques").