Blog : L'unification


 

Après une première page proposant une brève définition de l'unification, voici son blog. Il est destiné à favoriser votre compréhension, plus en profondeur, de l'unification. Vous pouvez y réagir, questionner et débattre sous tous les articles.

 


Accepter notre ombre, sans nous y identifier

 

 

Un des aspects les plus cruciaux de la voie de l'acceptation, c'est l'acceptation de nos ombres. La meilleure façon de nous rendre esclave de nos ombres, c'est de les occulter. Alors autant les accepter.

 

Je puise une nouvelle fois dans le manuel d’étude établi par les disciples de Lee Lozowick pour vous offrir une explication toute simple à ce sujet.

 

Je vous la traduis en français, et joins le texte original sous la traduction :

 

Faire face à l’ombre signifie qu’on ne rejette pas l’inhumanité de l’homme envers l‘homme ; à la place, nous reconnaissons qu’il s’agit également d’une partie de notre nature. Nous ne nous considérons pas, ni comme séparés, ni comme supérieurs à l’humanité. Quand nous réagissons ou nous distançons de l’injustice, de l’intolérance, d’attitudes inconscientes, nous n’en sommes que plus figés. Toute réaction ou distanciation est rigide. Comme Lee le décrivait, nous ne pouvons même pas commencer à imaginer avoir de la compassion pour l’humanité aussi longtemps que nous ne savons pas, avec une clarté sans faille, ce que nous avons à considérer. Et, ce que nous avons à considérer, c’est nous-même.

 

D’après Jung, l’ombre a une capacité de volonté et de choix qui lui sont propres. Si nous ne connaissons pas la capacité de notre propre ombre, elle agira à partir d’un espace inconscient, elle nous surprendra ignorants et non-préparés, usurpera notre force vitale avec une activité neurotique et improductive au moment même où nous avons le plus besoin d’énergie et de clarté. Nous avons besoin de vraiment avoir la vérité, dans le monde, dans les autres, mais avant tout en nous-mêmes. Socrate professait : « Connais-toi toi-même ». C’est bien de ça qu’il parlait. Nous devons pouvoir accepter chaque aspect de l’inconscient ; ce qui ne veut pas pour autant dire qu’il faille s’y identifier ou le réaliser. Au contraire, nous agissons avec discernement, tolérance, retenue, patience, cathexis (internalisation des émotions), gentillesse, compassion, en étant Cela en quoi rien ne peut s’enraciner.

 

° ° ° ° ° ° °

 

Facing the shadow means that we don't reject man's inhumanity to man ; instead, we recognize that it is a part of our own nature as well. We do not hold ourseIves separate from or above humanity. When we react to or recoil from injustice, to bigotry, to unconscious behavior, it is just more static. Ail reaction or recoil is static. As Lee described, we cannot begin to consider compassion for humanity unless we first know, with utter clarity, what we are looking at. And, what we are looking at is ourselves.

 

According to Jung, the shadow has a will and volition of its own. If we don't know the capacity of our own shadow, it will act out from an unconscious place, catch us unprepared and unaware, usurp our life force in unproductive, neurotic activity when we most need clarity and energy. We must be able to really know what is true, in the world, in others, but most of all, in ourselves. Socrates said, "Know thyseif." This is what he was talking about. We must accept every facet of the unconscious ; this does not mean that we should identify with it or act it out. Instead, we practice discrimination, forbearance, restraint, patience, cathexis (internalizing emotions), kindness, compassion, and being That which nothing can take root in.

 

(Hohm Sahaj Mandir Study Manual, A handbook for practitioners of every spiritual and/or transformational path, volume II, pg 462)

 

 

0 commentaires

Accepter « ce qui est » : sortir de la confusion

 

La confusion la plus commune qui empêche de comprendre – voire d’accepter, ha ha – le concept de l’acceptation, c’est quand on n’arrive pas à faire la différence entre « accepter ce qui est » et « subir ce qui est ».

 

Cette confusion-là représente un barrage de rejet et de non-acceptation. Elle nous maintient dans le morcellement de notre être, dans un paradigme de dualité dans lequel nous n’avons que le choix bien manichéen entre « le bien » et « le mal ». J’ai régulièrement à cœur de lever cette confusion.

 

Je vous partage ci-dessous une explication toute simple, qui peut-être vous éclairera. En tous cas, je vous le souhaite.

 

Elle provient d'un manuel d’étude établi par les disciples de Lee Lozowick, dans un chapitre comparant les enseignements de celui-ci et de son ami Arnaud Desjardins.

 

Je vous la traduis en français, et joins le texte original sous la traduction :

 

Accepter « ce qui est »

 

Il y a une différence entre « accepter » et « prendre ». La « prise » des choses appartient à un processus d’auto-référencement : nous nous approprions la chose au profit de notre auto-identification, ce qui est une forme de désir, d’attachement ou d’agrippement. Prendre, c’est comme de dire « Je suis ceci », alors qu’accepter c’est dire « Ceci est ».

 

L’acceptation de tout ce qui est, a simplement pour fonction de reconnaître la vérité : oui il y a de la souffrance, oui il y a de la joie, oui cette chose vient de se passer, oui il y de la colère naissante, oui il y a de la peine. Simplement : oui.

 

Ces expressions non seulement font référence au non-rejet de la vie, ou tantra, mais elles sont également des pures expressions de l’essence non-duelle de la réalité.

 

Accepting "What Is"

 

There is a difference between accepting and taking. The taking of things is a self-referencing process ; we claim the thing for our self-identification, which is a form of desire, attachment, or grasping and contracting. Taking is like saying, "I am this," while accepting it is saying, "This is."

 

The accepting of everything is simply a function of acknowledging the truth ; yes there is pain, yes there is joy, yes this thing just happened, yes there is anger arising, yes there is sorrow. Simply, yes.

 

Not only do these statements refer to the non-rejection of life, or tantra, but they are also pure statements of the non-dualistic nature of reality.

 

(Hohm Sahaj Mandir Study Manual, A handbook for practitioners of every spiritual and/or transformational path, volume II, pg 459)

 

0 commentaires

Comment je suis passé de l'unification à la révélation de potentiels

 

Avez-vous déjà vu le film de Spielberg, "Close encounters of the third kind" - "Les rencontres du troisième type" ?

 

(Troisième type ? Quel troisième type ? Nous y reviendrons plus loin...)

Une séquence de ce film m'a toujours interpellé, depuis sa première vision jusqu'à ce jour. Maintenant, quelques décennies plus tard, je comprends enfin en quoi elle me parlait de moi. Parce que je la vis.

 

A plusieurs endroits, des personnes qui ne se connaissent pas et ignorent tout les uns des autres, se mettent - parfois obsessionnellement - à reproduire "quelque chose" qui les dépasse, en fait une sorte de monticule qu'ils dessinent, sculptent, etc.

Cet extrait du film montre le personnage de Richard Dreyfuss au début de sa quête, sculptant son objet non identifié dans de la purée. "Je ne peux pas décrire ce que je ressens, ce que je pense - ceci doit signifier quelque chose", dit-il à sa famille éberluée.


Plus tard, la télé (Internet n'existait pas encore) montre les images d'un cratère dans lequel un rendez-vous est prévu avec des extraterrestres. Instantanément, les personnes en question reconnaissent ce truc qui les obsédait depuis un temps. Ils se rendent compte qu'ils ont été informés/choisis télépathiquement pour aller à leur rencontre, faisant fi du protocole terrestre qui mettait cette rencontre aux mains du gouvernement et de l'armée. 

 

Mon propre cratère, mon propre rendez-vous collectif, aura été la voie de l'unification, de l'acceptation de tout ce qui est. C'est seul, absolument seul, que je l'ai explorée et définie, puisant à toutes les sources possibles et imaginables, une voie qui me semblait être la seule possible - en tous cas pour moi. Parfois je trouvais un écho puissant à ma quête à travers des rencontres avec les univers de gens comme Lee Lozowick, William Blake, Jean Markale, Omraam Mikhaël Aïvanhov... Chacune de ces rencontres, lectures, découvertes, était du délice à l'état pur. Avec eux, j'entrevoyais mon Graal. 

Du vent contraire, j'en ai reçu plus que je ne l'aurais désiré. Car "ça ne se fait pas" de tout accepter, n'est-ce pas. Alors que de nombreuses voies spirituelles préconisent l'acceptation de "ce qui est" comme un précepte ultime et incontournable. Les résultats ne se sont pas fait attendre, et ma vie a changé - en mieux - une fois que j'ai commencé à adhérer à cette "self made spiritualité". Mais avant d'y adhérer, il m'a fallu la définir. J'ai construit mon unification dans ma propre purée, pour reprendre la métaphore de l'extrait de film que je vous ai partagé plus haut.

Chemin faisant, transcendant la dualité qui s'érige en obstacle sur la voie de l'acceptation (ah ! l'incontournable paradigme clivant notre monde en termes de "bien" et de "mal" !), j'en suis venu à développer la culture du Trois, m'appuyant systématiquement et à tous niveaux sur l'observation et l'activation du troisième élément dans tout interaction humaine et au-delà. Là aussi, j'ai trouvé de puissants tremplins dans certains ouvrages comme "Jamais deux sans trois - Le Grand Troisième dans les relations humaines" de Jean Marchal ou "Bienheureuse infidélité" de Paule Salomon. Là aussi, une "self made ligne de vie" loin de toute norme ou de tout poncif relationnel.

Ma démarche d'unification, avec comme sous-sujet la culture du Trois, est très clairement mon "chemin le moins fréquenté". Avec le temps, plus la cohérence de ma démarche et mon bonheur de vie augmentaient, plus le fossé avec les paradigmes de ma clientèle et du "commun des mortels" se marquait. Je me retrouvais, totalement involontairement, dans ce drôle de paradoxe qui voulait que plus je m'épanouissais, plus j'étais heureux, plus je faisais peur.  

 

Le temps était venu de cesser de m'identifier publiquement à la voie de l'unification. Elle était le phare de mon site Internet ? Soit, je l'ai reléguée dans ma présentation perso "Qui suis-je".  A la place, j'ai suivi pendant des mois un coaching intensif pour redéfinir mon place dans le monde, et plus particulièrement au niveau professionnel. J'ai mis en avant un aspect de ma personnalité qui apparaîtrait comme plus concret et plus rassurant aux yeux de ma clientèle : le révélateur de potentiels. Ainsi je cessais de vendre ma propre démarche tellement épanouissante à mes yeux, et j'aidais chacun à développer la sienne. 

 

Ce changement était bouleversant pour moi. J'avais accepté de rester "seul dans mon coin" à développer cette magnifique unification. Quelque chose dans cette décision était juste, car la révélation des potentiels me décrit bien, et représente bien ma mission dans le monde. Mais quelque chose coinçait en moi également. Je me trouvais à ce moment dans la peau de tous ces personnages dans "Rencontre du troisième type", juste avant qu'ils ne voient la concrétisation de leur obsession à la télévision, et juste avant qu'ils n'apprennent leur existence les uns des autres.

C'est alors que, le deuil fait, l'acceptation réalisée, j'ai découvert un peu partout des démarches similaires (pas identiques, mais similaires) à la mienne.

 

Je suis tombé sur le cul en lisant cet article "Emmanuel Macron et l'approche intégrale" qui établissait un lien entre le nouveau président français et une approche dont je n'avais pas encore entendu parler. J'ai donc découvert L'approche intégrale de Ken Wilber, et poussant le bouchon plus loin j'ai découvert La spirale dynamique qui me parlait à fond la caisse. Pour tout corser, une de mes propres clientes, Chantal Piron, s'est mise à développer La grande unification dans l'accompagnement de l'être. En googlant un peu, j'ai également trouvé une mention grande unification en physique (plus technique et détaillée ici) à laquelle je ne comprenais pas grand-chose mais dans laquelle j'ai reconnu le principe de trois dynamiques qui convergent propre à ma démarche de la culture du Trois.

Je suis certain qu'en cherchant plus, je pourrais constituer une encyclopédie des progrès de l'unification - ou quelle que soit son appellation - dans le monde. Mais là n'est pas ma vocation.

 

Aujourd'hui je me sens en paix, comme les personnages des rencontres du troisième type quand ils se réunissent dans ce fameux cratère de leur rencontre avec les extraterrestres.

 

L'unification, l'acceptation de tout ce qui est, n'est plus "ma" démarche. Mais elle est plus que jamais "ma démarche", celle qui me convient au mieux. Dans ma mission pour le monde, je peux maintenant pleinement me consacrer à mon métier de Révélateur de potentiels. 

 

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout.

 

 

0 commentaires

Le 21e jour

 

 

La troisième phase de ma carrière professionnelle a commencé. Certes, elle a démarré depuis un moment déjà, mais c'est aujourd'hui que je la conscientise pleinement. Je vous partage tout cela - et le lien avec l'unification - ci-dessous. Suivez le guide...

Lire la suite 0 commentaires

L'un ou l'autre

 

Je vous partage ci-dessous une canalisation personnelle à propos du choix entre l'un et l'autre. Cela parle de mémoires karmiques, du très "comme il faut", du choix de la différence, et du Grand Troisième. De plus, je trouve le dialogue plutôt rigolo.

Lire la suite 2 commentaires

Sing me home

 

Je vous invite à découvrir ci-dessous quelques extraits de ce projet unificateur de Yo-Yo Ma qui, avec des musiciens du monde, visite ce que signifie ce "chez soi" à partir de racines irlandaises, maliennes, macédoniennes, japonaises, indo-persanes, galiciennes et américaines (ces dernières avec "La symphonie du nouveau monde" de Dvorak qui est en fait d'origine tchèque, lol).

 

Lire la suite 0 commentaires

Le passage des Poissons au Bélier

Chaque signe astrologique bénéficie de l'épanouissement (ou des blocages) du signe qui le précède, et la mise en conscience permanente de ce phénomène est un ingrédient majeur dans l'enseignement de mon cycle "Mes douze travaux d'Hercule".
 
Ce cycle est maintenant un processus continu, s'alignant ainsi sur la réalité de la nature, là où précédemment il démarrait au Bélier et se terminait aux Poissons.
 
Ce week-end, je vais donc animer/enseigner pour la première fois la transition des Poissons au Bélier, et je vous fais profiter ici de ma base de travail à ce sujet.
Lire la suite 0 commentaires

Le bouc émissaire

 

Je suppose que la majorité de mes lecteurs est un peu, voire beaucoup, familier avec le concept du triangle infernal qui implique le bourreau, la victime et le sauveur. Voici le portrait d'un personnage en marge de ce triangle, celui du bouc émissaire...

 

Lire la suite 0 commentaires

Mes douze travaux d'Hercule, phase 3

 

En créant le cycle de "Mes douze travaux d'Hercule" il y a 20 ans, je faisais déjà de l'unification avant d'en avoir identifié la démarche.

Lire la suite 0 commentaires

Un regard nouveau sur la thérapie de couple

 

« Jamais deux sans trois », dit-on. Le couple, souvent, préfère l’ignorer. Le couple, souvent aussi, préfère l’intégrer. Se regarder mutuellement le nombril, ou regarder ensemble dans la même direction, se demande-t-on également. Cette même direction est déjà un troisième élément, par rapport aux deux individus. Un projet commun, un enfant, une cause, le rapport au divin… sont autant de troisièmes éléments. La relation en elle-même, en tant que « troisième personne », a des caractéristiques propres qui dépassent celles des individus. On les reconnaît, entre autres, à travers le « thème composite » en astrologie. L’amant, la maîtresse le sont tout autant. Souvent rejetés, en profondeur ou en apparence, comme n’ayant « rien à voir » avec le couple. Et pourtant...

 

Lire la suite 0 commentaires

la bonne nourriture pour chacun

 

Une plongée en deux parties (lisez jusqu'au bout...) dans la question - ou la gestion - de notre nourriture, d'un point de vue de l'unification...

 

Lire la suite 11 commentaires

L'éducation consciente et bienveillante

 

L'éducation consciente et bienveillante est une possibilité d'application très concrète du principe d'unification. Au point que je me suis engagé à créer, et à porter à maturité, un groupe sur Facebook intitulé "Education consciente & bienveillante". Je m'en retire aujourd'hui en toute confiance pour son évolution, maintenant que le groupe atteint quasi 4.000 membres et qu'un comité de guidance efficace et très soudé est en place.

Voici les points forts sur lesquels s'appuie l'éducation consciente et bienveillante :

 

Lire la suite 0 commentaires

Entre Eve et Lilith mon coeur balance



J'ai été amené dans le groupe Facebook "Education consciente et bienveillante" à parler d'Eve et de Lilith, un sujet d'unification par excellence. Je vous fais donc profiter également ici de ma publication...
Lire la suite 1 commentaires

L'unification de notre arc-en-ciel intérieur


Rien de tel, pour s'unifier, que d'investir toutes nos couleurs... tous nos chakras...

Lire la suite 0 commentaires

L'unification et la dualité

 

Je démarre sur la question suivante :

" Pour moi ce qui me permettrait le mieux de comprendre l'unification, c'est une série d'exemples de dualité et leur corollaire unifié. Les dualités suivantes sont celles qui m'interpellent le plus :

  • La dispersion / la concentration.
  • L'acceptation / la non-acceptation.
  • Être / faire.
  • La joie / la tristesse.
  • Avec au final l'unification qui inclut aussi la dualité, comme un des pôles dualité-non dualité.

En résumé, l'acceptation de tout ce qui est, c'est ne plus s'identifier à un pôle et arrêter d'en rejeter un autre. Enfin, si j'ai bien compris le bazar, sinon ça te permet de voir tout ce que tu pourrais ajouter sur la page pour que je perçoive entièrement ce qu 'est l'unification. "

 

Lire la suite 2 commentaires