Verseau


 

 

Voici quelques questions qui vous aideront à entrer librement et de votre plein gré dans le signe du Verseau :

 

  • Suis-je libre de tout attachement et de tout conditionnement ?
  • Est-ce que j’aide autrui à s’en libérer ?
  • Quel est, dans ma vie, le rapport entre amour et liberté ?
  • Est-ce que je vis pleinement au niveau de l’âme ?
  • Est-ce que je mène mes relations au niveau de l’âme ?
  • Est-ce que je travaille en réseau plutôt qu’en hiérarchie ?
  • Quelle est la place de l’amitié dans ma vie ?
  • Suis-je pionnier, d’avant-garde, voire prophète ?
  • Est-ce que ma vie, mon exemple, mes paroles et/ou mes actes préfigurent ce qui vient ?
  • Quel est mon rapport avec Saint Jean le Baptiste, celui qui verse l’eau ?

 

Le Verseau épanoui est indépendant et d'avant-garde, il ouvre par l'exemple de sa vie une brèche dans les limitations de la société telle qu'elle a évolué jusque là, il devance les autres dans l'établissement de nouvelles normes de société. Pour réaliser cela, il doit accepter de ne pas trouver autour de lui des modèles de ce qu'il cherche à réaliser, puisqu'il est lui-même destiné à devenir ce modèle qu'il cherche en vain à l'extérieur de lui.

 

Le Verseau frustré est celui qui démissionne, celui qui fuit et qui n'assume pas sa différence, celui qui cherche à "être comme tout le monde" ou qui se lamente que les autres ne sont pas comme lui (ce qui revient au même).

 

Et voici quelques références sonores et imagées pour illustrer l'ambiance du signe. Ce n'est pas tellement chaque extrait séparé qu'il faut évaluer, mais plutôt l'ambiance globale qui s'en dégage...

 

En bas de page, vous trouverez encore un texte essentiel lié au mantra du signe.

 



Aide le monde à se libérer en laissant ton âme te libérer.

 

C'est bien beau de jouer au révolutionnaire, mais à quoi bon tenter de libérer l'autre si vous ne vous êtes pas préalablement libéré vous-même? Sinon, vous tenteriez de vivre votre libération par procuration et rien n'aurait vraiment changé. Au contraire, vous ne feriez que promouvoir une monstrueuse hypocrisie qui se traduirait par la phrase « Fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais ».


Le Verseau authentique se trouve dans une position très particulière. D'une part, ayant compris ce qu'il a compris, il ne peut plus vivre comme tout le monde. D'autre part, étant pionnier et pressentant le futur plus que le connaissant, en absence de nouveaux points de repères, il ne peut qu'incarner un état de transition.


« Je baptise avec de l'eau, mais celui qui me suit baptise avec le feu » déclarait Jean le Baptiste. Lui-même ne baptisant pas avec le feu, il devait attendre « celui qui le suivait » pour vivre ce qu'il avait lui-même prophétisé. Or, cela ne l'a pas empêché de reconnaître le Christ dès qu'il s'est présenté à lui.

 

Le Verseau ne vit pas au niveau de la personnalité. Forcément, celle-ci ne peut reconnaître que les éléments de sa propre histoire. Seule l'âme reconnaît « ce qui vient ». Elle a des pouvoirs que la personnalité ne possède pas, mais que celle-ci peut bloquer à force de s'accrocher à ses propres conditionnements.


Comment pourriez-vous aider le monde à se libérer si vous restez complice de votre propre enfermement ? Laissez le monde tranquille et laissez votre âme vous libérer. Sentez l'énorme pression de libération en vous. Sentez la déferlante qui se prépare à vous nettoyer de vos préjugés, de vos jugements, de vos souffrances et de vos habitudes névrotiques. Lâchez, lâchez, et lâchez encore.


Votre âme sait ce qui est bon pour vous. Elle sait ce qui vient. Elle sait, surtout, quelle place vous pouvez prendre pour aider le monde à se libérer. Une place dont votre personnalité n'avait pas la moindre idée.