Sagittaire


 

 

Voici quelques questions pour avancer dans le signe du Sagittaire, celui du centaure, de l’archer qui décoche sa flèche.

  • Quelles sont vos sources de joie et d’enthousiasme ?
  • Qu’est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ?
  • Où est votre détermination qui va vous faire avancer ?
  • Quels derniers obstacles, quelles dernières scories de vos dévoilements en Scorpion faut-il encore balayer ?
  • Avancez-vous étape par étape, sans tenter d’en sauter une ?
  • Dans quelle mesure faites-vous confiance à un(e) guide, un accompagnateur, qui voit (pour le moment) mieux que vous où vous en êtes ?
  • Dans quelle mesure êtes-vous un guide pour autrui, dans quelle mesure pouvez-vous accompagner l’autre sans « l’utiliser comme un miroir », c’est-à-dire sans projeter vos propres problématiques sur sa personne ?
  • Pressentez-vous ce qui vient, à quoi vous êtes appelé(e) ?
  • Faites-vous confiance à votre bonne étoile pour ne pas devoir connaître votre but à l’avance, simplement savoir que vous cheminez dans la bonne direction ?
  • Aimez-vous voyager, découvrir l’inconnu ?
  • Avez-vous la foi ?

 

Le Sagittaire épanoui chemine droit devant. Avancer, évoluer, développer, explorer, telle est son énergie. Il poursuit un but. Que ce but lui soit connu ou non est accessoire.

 

Le Sagittaire frustré stagne, tourne en rond, reste accroché au passé et/ou à des détails insignifiants. Accroché à la routine du connu, il frustre son propre envol.

 

Et voici quelques références sonores et imagées pour illustrer l'ambiance du signe. Ce n'est pas tellement chaque extrait séparé qu'il faut évaluer, mais plutôt l'ambiance globale qui s'en dégage...


En bas de page, vous trouverez encore un texte essentiel lié au mantra du signe.

 


Il n'y a pas de portes à passer, il n'y a que des directions à prendre.

 

Nous pouvons chercher longtemps à régler nos problèmes ou ceux des autres, à guérir, à comprendre les événements de notre vie, à regretter ou à pardonner. En essayant de guérir le passé, nous restons en relation avec lui. L'obsession de la guérison rompt l'équilibre entre passé et futur, nous coupe du présent, et nous fait paradoxalement stagner.


Ou alors nous attendons de nous retrouver au fond de l'impasse ou de trébucher sur un gros obstacle avant de bouger. Nous attendons que la situation soit insupportable avant de chercher de l'aide et d'éventuellement changer. Nous attendons une faillite professionnelle, un divorce, une grave maladie, la perte d'un être cher, un exil forcé ou tout autre événement extérieur ou matériel pour changer quelque chose à notre vision et à notre façon de vivre. Nous résistons, résistons, résistons, et nous craquons quand il est presque trop tard. Le fossé à franchir est alors bien plus grand que si nous nous étions laissé évoluer souplement. Dans cette optique, nous nous retrouvons face à une porte à passer chaque fois que nous atteignons l'échéance, la limite d'un vécu, d'un monde dans lequel nous nous confinions.


Le Sagittaire fait suite au signe du Scorpion, dans lequel nous contactons la nature infinie de nos ombres et acceptons que tout n'est jamais entièrement réglé. Il est difficile, voire impossible, d'accéder à la clarté du Sagittaire-papillon sans être passé par le stade inconfortable de la perte de repères du Scorpion-cocon.


Représenté par un centaure archer, le Sagittaire décoche sa flèche vers la lumière et utilise sa force animale, incarnée, pour suivre la trajectoire de la flèche qu'il a lui-même envoyée au loin. S'il n'a pas nécessairement vu où sa flèche a atterri, s'il n'a pas encore la vision de son but, le Sagittaire connaît la direction de sa vie. Il nous invite à aller de l'avant, à nous engager résolument dans cette voie qui est la nôtre, même et surtout si le but n'est pas encore connu.


Le Sagittaire ne regarde pas la vie à travers les lunettes des problèmes à régler, des souffrances à guérir ou des portes à passer. Il voit la vie comme une somme infinie d'opportunités dans lesquelles il choisit celle qui émane de son être véritable. Les résistances ont tendu la corde de l'arc vers l'arrière, afin de mieux propulser la flèche vers l'avant. L'enthousiasme, la joie et le bonheur poussent en avant et ôtent l'envie d'encore regarder en arrière. Le Sagittaire sait bien que les objets dans le rétroviseur apparaissent plus grands qu'ils ne le sont en réalité. Il se concentre sur la route droit devant. Il ne sait pas où il va, mais il y va résolument.


Nos relations commencent à changer. Quand les obstacles intérieurs ont disparu, les obstacles extérieurs nous laissent indifférents. Les enjeux des résistances ont disparu, et les personnes qui s'obstinent à stagner disparaissent de notre vie. Dans sa chanson « Changer sa vie », Elsa chante : et tant pis si cela fait de la peine à ceux qui nous retiennent. Le processus se fait tout seul. Nos nouveaux compagnons de route sont ceux qui comme nous se sont mis en marche, droit devant, en suivant l'étoile qui les attire vers un lieu encore à découvrir.


Vous êtes prêt à prendre votre envol. Dégagez-vous des situations qui vous retiennent. Suivez résolument votre chemin.