Polyfidèle qui s’ignore

 

 

Vous menez toujours des relations de couple, relativement courtes, les unes après les autres. Vous considérez que vous êtes à chaque fois fidèle à votre partenaire du moment. Mais, malgré ce que vous prétendez, vous n’êtes pas fidèle, puisque vous changez de relation comme vous changez de chemise. Il vaudrait mieux dire que chacune de vos relations est exclusive, plutôt que fidèle. Pour maintenir cette exclusivité, vous excluez d’autres possibilités relationnelles tant que dure votre relation du moment.

 

Quand vous rencontrez une nouvelle personne avec qui vous désirez nouer une relation intime, votre refus de « l’infidélité » vous oblige à avorter votre relation précédente. Vous vous trouvez ainsi coincé(e) entre deux types de regrets. Soit, en vous lançant dans une nouvelle aventure, vous regrettez de n’avoir pas pu mener à terme votre relation précédente. Soit vous refusez de vivre ce qui se présente à vous pour restez « fidèle » à votre partenaire du moment, et vous regrettez l’occasion ratée.

 

Il se peut également que vous ne réfléchissiez pas à tout cela, et qu’en apparence vous soyez pleinement satisfait(e) de sauter d’une relation à l’autre. Cependant, avouez que quelque chose vous ronge de l’intérieur. Appelons cela une insatisfaction permanente.

 

Les raisons qui vous empêchent de vivre deux ou plusieurs relations à la fois sont nombreuses et varient d’une personne à l’autre : culpabilité, peur de blesser l’autre, solution de facilité, fidélité à l’éducation et/ou aux normes sociales, résistance à vous montrer différent(e), amour excluant toute autre valeur, difficulté liée à l’abandon, conflit entre l’envie de construire une relation et le désir de libérer votre sexualité, recherche de sécurité, et ainsi de suite.

 

Vous reconnaissez-vous dans le portrait esquissé ci-dessus ? Si oui, vous êtes un(e) polyfidèle qui s’ignore. Tout en vous pointe sur une recherche d’épanouissement dans l’une ou l’autre forme de cumul relationnel. Or, vous ne vous permettez pas de vivre naturellement vos relations, refusant de les laisser naître, vivre et mourir à leur rythme. Il faut absolument qu’au nom d’une sacro-sainte fidélité, vous coupiez votre vie en tranches dans lesquelles vous coincez chacune de ces relations, mettant la pression à une réalisation dans les délais impartis sur chacune d’elles.

 

Si vous êtes la personne décrite ici, vous avez le choix. Soit vous perpétuez votre névrose d’éternel fidèle qui n’est fidèle à personne, et vous ne changez surtout rien à votre mode de vie. Soit vous tirez les conséquences de votre prise de conscience, et vous devenez la personne que vous êtes réellement.

 

Peut-être le terme de « polyfidélité » ne vous convient-il pas pleinement, dans la mesure où il sous-entendrait que vous seriez fidèle à tous vos partenaires. Si vous êtes fidèle à une relation de couple principal et que vous menez d’autres relations éphémères en parallèle, le terme de « multirelations » vous conviendra mieux. Mais, dans les deux cas, vous avez cessé de confondre « exclusivité » et « fidélité ».

 

Les propos qui précèdent ne doivent pas concerner tout le monde. Nombreuses sont les personnes qui désirent authentiquement vivre une relation unique, et il n’y a pas de mal à ça. A chacun de se demander si la recherche d’exclusivité est authentique et convient à l’épanouissement de votre être, ou si cette exclusivité exclut une autre partie de vous-même, sacrifiée sur l’autel de la relation unique et « fidèle ».