La fonction de la maladie

 

 

Pour moi il y a deux grandes causes de maladie, qui se rejoignent d’ailleurs.

 

La première se rencontre dès la formation du fœtus, au début de la vie sur terre et se situe dans le karma de l’être qui vient s’incarner. Les maladies ou handicaps font partie des paramètres que l’âme choisit pour son incarnation, en lien avec les problématiques vécues dans les vies passées. L’âme se dote d’un corps parfaitement adapté à ce qu’elle vient régler et accomplir, tant avec ses forces qu’avec ses faiblesses. J’inclus dans le karma les aspects transgénérationnels que l’on porte parfois, puisque l’âme choisit aussi sa famille avec une extrême précision. Les maladies infantiles ont leur place aussi ici dans leur fonction de construction du système de défense de l’individu.

 

La deuxième cause de la maladie est dans le conflit entre l’âme et la personnalité. Lorsque la personnalité agit en opposition au projet de l’âme dans l’incarnation, alors le corps, support de l’âme, parle. L’âme est en quelque sorte l’agrégation de la conscience de chacune de nos cellules, et par conséquent, elle ne fait qu’un avec le corps. La personnalité elle tente de rivaliser avec l’âme et de mener la barque en prenant toute la place dans la conscience. C’est alors que l’âme tente de nous rappeler ce que nous sommes venus faire, de nous ramener sur la voie de notre mission, de nous enseigner sur notre je suis. Le moyen de se faire entendre lorsque nous restons sourds à ces appels, c’est la maladie.

 

J’ai observé aussi qu’il peut arriver que le conflit/maladie soit l’expression du non respect des besoins de la personnalité. Si je prends par exemple une décision juste pour mon âme, mais que je traite avec désinvolture ma personnalité en oubliant de traiter ses besoins, alors je peux aussi créer la maladie.

 

 

Marie-Odile Sansault.