Allemand


 

-          J’écoute l’esprit de la langue allemande.

 

-          Je pèse de tout mon poids dans la balance.

 

L’allemand est la langue à apprendre si on veut apprendre à peser de tout son poids sur la balance, ou simplement savoir ce que c’est que de peser de tout son poids sur la balance. Ce qui n’est pas la même chose que de « vouloir » peser dans la balance. L’allemand ne « veut » pas être lourd, il « est » lourd. Mais il n’est pas lourd tout seul sur son île. La personne qui parle la langue allemande est réellement, concrètement, une personne relationnelle, très relationnelle même. Seulement elle n’est pas relationnelle sur un mode futile ou égalitaire. Elle pèse, tout simplement, de tout son poids dans la balance relationnelle. Autant dire que toute personne, entreprise, culture, communauté, etc. qui parle en allemand est incontournable dans sa relation envers les personnes, entreprises, communautés, etc. qui parlent d’autres langues.

 

Le rapport aux minorités est un sujet important dans la mentalité de l’allemand.

 

Tout le monde, du moment qu’il parle l’allemand, pèse de tout son poids dans la balance. Une minorité de langue allemande dans un pays ou une région dans lesquels d’autres langues sont majoritaires pèsera d’office plus lourd que n’importe quelle autre minorité de même taille objective et quantifiable. Ce n’est pas dû à son nombre de représentants, ni à l’espace qu’il occupe. Il pèse plus lourd, point. C’est un principe quasiment physique.

 

Quand l’allemand est majoritaire, il risque d’écraser les minorités de son poids. La conjonction du poids de l’allemand avec une majorité de fait représente donc une situation d’une puissance considérable. Ce n’est pas une volonté des individus ; c’est une façon d’être de la langue que ceux-ci parlent.

 

C’est une façon d’être, ce n’est pas un « vouloir ». Ce ne sera jamais assez dit. Que ce soit militairement, socialement, financièrement, amoureusement, sexuellement, culturellement, artistiquement ou sur d’autres plans, l’allemand pèse de tout son poids dans la balance. Qu’on le veuille ou non, et que lui-même le veuille ou non, c’est un fait incontournable.

 

Cette façon d’être est trop souvent considérée par les personnes qui ne parlent pas cette langue comme une volonté ou une recherche de domination d’autrui, ou d’autres cultures. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. C’est sa façon à lui de se mettre en relation avec le monde, tout simplement. Il n’en connaît pas d’autre.

 

Le proverbial dicton de l’éléphant dans le magasin de porcelaine est totalement valable dans le cas de l’allemand. C’est qu’il n’a jamais demandé à se retrouver dans un magasin de porcelaine, l’éléphant…

 

 

 

7.6.2014