Hercule et le zodiaque


Carnet de bord d'une participante


 

Une participante au cycle de "Mes douze travaux d'Hercule" - appelons-la Anne O'Nimes - a écrit un carnet de bord de son expérience à votre attention. Ce récit lui est personnel, dans la mesure où chacun vit ce séminaire exceptionnel à sa propre façon, à partir de ses propres références. Peut-être ce témoignage vous inspirera-t-il, d'une façon ou d'une autre...

 

 

 

Février 

 

Assurément, mon ange gardien était aux commandes de ma souris lorsqu’un soir de misère, il m’a guidée vers le site de François. Je n’en croyais pas mes yeux :

 

« Ce groupe est spécifiquement destiné aux êtres humains qui n'ont plus envie de tergiverser. Qui ont voyagé loin dans leurs thérapies et/ou développement personnel et/ou spirituel. Qui ressentent maintenant l'état d'urgence et le besoin d'incarner inconditionnellement des valeurs authentiques pour eux, et pour le monde. (…)


« Mes douze travaux d'Hercule » est un suivi exigeant et intensif, et impitoyable pour les attitudes qui vous empêcheraient encore d'être vous-même (mais il ne vous empêche pas d'en rire). Vous ancrer dans la vie, c'est larguer les amarres par rapport à la survie, aux croyances limitatives, aux émotions conditionnées. »

 

Waoohhhh ! Ce que je cherche existe, en finir avec la survie... Ni une, ni deux, j’appelle. Une belle voix, empreinte de bienveillance, me répond. Très vite je me sens accueillie et comprise. Rendez-vous est pris pour les voyages chamaniques de la semaine suivante.

 

Trajet jusqu’en Gaume sous la neige. Y a pas à dire Hercule, ça se mérite ! Arrivée dans ce magnifique endroit. Poignée de main et sourire chaleureux, des yeux pétillants. Le courant passe immédiatement. Aucun doute, je suis au bon endroit. Mon intuition : je peux avoir totalement confiance en mon futur accompagnateur. Dans l’instant, je sais que je vais m’inscrire pour ce cycle d’une année. Evidemment, je n’ai encore aucune idée des changements qu’il va apporter… Et quels changements !

 


Mars – Bélier

 

Le groupe se forme. Premiers regards, premiers échanges. La fluidité s’installe immédiatement. Le rire aussi.


Premier atelier : surprise, on entre immédiatement dans le vif du sujet, il n’y a pas de temps à perdre dans cette année que chacun sent tellement importante. Le hasard forme le premier binôme. Emotion, ma première comparse et moi nous découvrons d’énormes points communs…

 

Premières compréhensions et premiers résultats concrets : le mois qui suivra verra se dissoudre cette peur fondamentale qui m’accompagne et me handicape depuis tant d’années.

 

Premiers séismes à la maison aussi. Ce cycle impacte ma vie, notre vie, d’emblée.

 

Et ce n’est que le premier signe !!

 


Avril – Taureau

 

Quelle joie de retrouver le groupe après beaucoup d’échanges par mails. Selon sa nature, chacun a plus ou moins commencé à se dévoiler. Les complicités s’installent, le groupe commence à se souder et à montrer sa force. Nous comprenons l’une des (nombreuses) magies d’Hercule : cette énergie de groupe qui facilite le travail, qui l’accélère et qui l’amplifie.

 

Au programme, notamment : ma valeur. Ouhhhh, je viens de loin, de tellement loin qu’aujourd’hui (nous sommes à la fin du mois du Sagittaire à l’heure où j’écris), je m’offre une petite piqûre de rappel pour pouvoir aborder le Capricorne à pleine puissance et prendre ma place. Rien moins que ça, prendre ma place.

 

Fin de la digression : je prends conscience de l’une des grandes qualités de l’accompagnement de François. M’a-t-on jamais soutenu comme il le fait pour reconnaître ma propre valeur ? Frisson d’émotion.

 


Mai – Gémeaux

 

Un week-end placé tout entier sous le signe du lien. Miroir, miroir ! Qu’est-ce que l’autre me renvoie ? Qu’est-ce que je lui renvoie ? Nous allons de découverte en découverte, un mois tout en légèreté axé sur la communication d’égal à égal. Le groupe se régale.

 

Je profite de mon séjour à Gérardnoue pour explorer ma carte du ciel avec François sous l’angle professionnel. Les premières bases du changement sont jetées, en tout cas conscientisées. Certaines de mes difficultés ou de mes impulsions passées prennent sens. Impression de voir enfin apparaître quelques panneaux indicateurs dans ma vie.

 


Juin – Cancer

 

La carte du ciel me l’avait dit, mon âme me demande d’être une mère accompagnatrice. Application pratique en ce mois du Cancer, François me propose d’être la mère symbolique du groupe. Sans hésiter un seul instant et sans savoir de quoi il s’agissait, j’accepte la proposition. Le week-end et le mois tout entier prouveront la justesse de ce « oui » impulsif. Que d’émotions, que de beauté !

 

Arrêt sur image : l’heure est aux premiers bilans après les premiers mois. Mon intuition était juste, j’avais raison d’avoir confiance en cet homme qui ne voit pas le monde comme tout le monde. Je me sens en totale sécurité, même si, par moments, il me faut me rappeler cette confiance pour me laisser guider.

 


Juillet – Lion

 

Depuis quelques signes, notre enseignant pas comme les autres nous l’avait dit : le mois du Lion, c’est le premier test d’Hercule. Nous arrivons tous un peu tendus à Gérardnoue, terriblement conscients des enjeux de ce signe. François le martèle tout au long du week-end : « le travail se joue entre vous et vous. Inutile d’encore chercher des excuses à l’extérieur ». Le but cette fois : cerner notre égo (notre lion J) qui nous empêche d’être nous-mêmes. Et surtout lui faire la peau !, ce que je mettrai tout un mois à comprendre et un autre à faire.

 

Plus encore que dans les mois qui ont précédé, l’accompagnement de François (et surtout sa bienveillance assortie d’une grande exigence) et le groupe seront d’une aide précieuse. La complaisance n’a pas de place dans cette traque sans merci, car ce lion a plus d’un tour dans son sac. Bien des fois, j’ai cru l’avoir cerné, mais l’animal est coriace et retors. «Il est passé par ici, il repassera par là ». Et enfin, le coup de grâce. Quelques jours pour souffler avant d’entrer dans une nouvelle énergie.

 

Nouvel arrêt sur image : je commence à percevoir deux choses fondamentales : la cohérence de ce cycle et la magie qui fait que la vie se met au diapason de ce que nous découvrons sur nous et de ce que nous acceptons… ou pas ;-)

 

Les mois s’enchaînent avec une incroyable fluidité, chaque signe préparant le suivant. Chaque compréhension annonçant la prochaine. A la question que je lui posais lors de notre première rencontre à propos de la souffrance durant cet enseignement, François m’avait répondu : « il y a seulement souffrance quand il y a résistance ». Bien vu l’aveugle ! J’aurai de nombreuses occasions d’en faire l’expérience, parfois quelque peu douloureuse…

 

Alors ce lion…. Roulement de tambour. Voilà que je me prends pour notre enseignant durant les voyages chamaniques. Autre roulement de tambour… Le manque d’estime de moi. Ben voyons, quand je vous parlais de cohérence. Non-conscience de ma valeur en taureau, fausse modestie en Lion. Et ce n’est que le début, nous ne sommes pas encore arrivés au Scorpion… Car le saviez-vous, la bête n’est pas tout à fait morte.

 


Vierge - Août

 

Cool ce signe pour moi ! Le service, c’est mon terrain, je joue à domicile. Juste quelques réglages à faire et le tour est joué.

 

Ce mois est aussi celui des vacances, bien méritées. Trois semaines sans connexion Internet et pour ainsi dire sans téléphone apporteront une pause bienvenue dans ce cycle très impliquant, et parfois même carrément éprouvant ! Il faut dire que moi qui d’ordinaire ne fais déjà pas les choses à moitié, j’ai carrément greffé un turbo à mon moteur. Je vis Hercule à fond depuis six mois. Mon esprit d’analyse et de synthèse s’en donnent à cœur joie (et mon intuition n’est pas en reste !!!). Je dissèque, j’explore, j’établis des liens, je ne lâche rien. Partageant sans relâche au groupe ce qui me questionne, m’émeut ou me torture. Appelant François à la rescousse quand j’ai l’impression de me noyer. Car notre enseignant est bel et bien là, en permanence, à nos côtés. Il encourage, il secoue, il remet au besoin l’église au milieu du village… ou ailleurs. Il exige beaucoup, mais il donne beaucoup aussi. Merci François.

 

Et le groupe ! Mmmmmm le groupe ! Pause émotion…. profonde. Le sous-thème de l’édition de cette année est l’Amour. Notre groupe lui donne une autre couleur : la solidarité ! Les liens tissés dès le départ ne cessent de s’approfondir. Des amitiés indéfectibles se sont nouées. Les messageries et les téléphones chauffent, dès que l’un d’entre nous connaît une difficulté ou une grande avancée. Les progrès et les problèmes des uns stimulent, éclairent et soutiennent les autres. Riches de leurs points communs et de leurs différences, ces huit co-Hercules sont extrêmement chers à mon cœur. Et le resteront, j’en suis certaine. Merci mes amis.

 

Impossible de clôturer ce mois sans quelques mots à propos de mon « éclaboussé d’Hercule » chéri. Car lui aussi, sans l’avoir demandé, est partie prenante de ce cycle, assistant à mes victoires et à mes coups de blues. Subissant parfois mes débordements émotionnels. Et suivant lui-même son propre chemin de développement. Son amour et son soutien me sont précieux, très précieux. Merci chouchou.

 

S’il nous secoue parfois violemment, ce cycle assainit notre relation, la débarrassant de vieux contentieux occultés. Et notre couple, ma foi déjà solide, en sort encore grandi et plus fort.

 

J’allais oublier un « détail » : répondant à une impulsion, j’ai proposé en ce mois du service mon aide à François pour sa communication. Sans en être consciente, j’ai posé la première pierre de ce qui devrait être un changement profond dans mon existence. Les mois à venir le prouveront. L’heure est à la construction de ma nouvelle vie.

 


Balance - Septembre

 

Finies les vacances, les feuilles commencent à jaunir à Gérardnoue et le Scorpion approche à grands pas. Le vent d’automne souffle et la tempête fait rage dans ma vie. « Il pleure dans mon cœur », comme disait Verlaine. Ce mois de la Balance a un méchant goût de Scorpion, ce signe tant redouté. Mein Gott, au secours !

 

Et François de répéter : « quel est ton axe ? », « tiens-toi à ton axe ». Mais je me sens sur une coquille de noix sans mât ni gouvernail qui va sombrer dans les flots déchaînés.

 

Et pourtant, je commence à penser à la comm de François, ébauchant un premier texte, réfléchissant à une stratégie lui permettant de se faire davantage connaître. Il semble que ce projet va donner un tour tout à fait nouveau à ma carrière professionnelle. A vrai dire, je n’ose y croire encore. Ce dont je suis totalement convaincue par contre : François De Kock, son approche, son cycle d’Hercule méritent d’être offerts au monde. Je me laisse simplement le temps d’avancer sur mon chemin pour l’y aider.

 

Les semaines passent, je suis toujours vivante et le Scorpion pointe le bout de son nez.

 


Scorpion – octobre

 

En ce mois du Scorpion, notre cher enseignant va déployer une énergie incroyable pour nous faire lâcher nos résistances. Car l’enjeu est de taille, et nos défenses à la hauteur. C’est un corps à corps impitoyable qui s’engage pour faire tomber nos châteaux-forts. Et la reddition doit être totale.

 

Et cette fois, la vie va sortir la grosse artillerie pour nous faire plier. Rétrospectivement, je la remercie, mais j’avoue que durant quelques semaines, je l’ai maudite. Pétard !!! Elle n’y est pas allée par quatre chemins, utilisant les armes les plus efficaces pour me faire demander grâce.

 

Un mois de descente aux enfers. Quelques jours de répit, et hop, c’est reparti pour descendre encore plus bas. Jusqu’à ce qu’ENFIN, je comprenne qu’il faut cesser le combat, rendre les armes et… accepter. Aujourd’hui encore, je savoure cet instant béni.

 

Et l’alchimie opère. Instantanément, l’énergie change. La joie revient, je chantonne sans cesse ! Bienvenue au Sagittaire… Ouf, non seulement je vis toujours, mais je me sens de plus en plus vivante.

 


Sagittaire – novembre

 

Nous voici transformés en archers lançant les flèches pour donner la direction à leur nouvelle vie. Pour moi, deux directions majeures, la communication et le coaching.

 

J’ai l’impression de monter dans un train pour un voyage dont je ne connais pas encore vraiment la destination et que j’ai préparé par toutes les expériences de ma vie. C’est grisant. Je sens fondre les aigreurs et les rancœurs. Tout ce qui a été avait du sens et préparait ce moment. Mon cerveau cartésien s’en réjouit et mon esprit intuitif est carrément à la fête !

 

J’ai la foi ! En moi, en la vie. Je commence à croire en mes capacités (c’est pas trop tôt me direz-vous !!!). Et les premières demandes viennent pour la communication et le coaching. Ohhhh !

 

J’ai maintenant envie de révéler au monde qui je suis vraiment et ce que je peux lui apporter. D’où ce journal, d’ailleurs. J’attends la suite avec impatience et confiance.

 


Capricorne – décembre

 

L’annonce des inscriptions au prochain cycle m’a donné une furieuse envie (le désir, ce nouveau guide dans ma vie) de continuer mon partage.

 

Où en suis-je aujourd’hui ? Une semaine s’est écoulée depuis le week-end du Verseau au cours duquel, dans un combat homérique avec François où la colère le disputait à la peur, j’ai découvert mon désir d’être « hors norme ». Alors au diable la structure calendaire ! Fuck les « il faut » ! Je ne sais donc pas si je vous parle du Capricorne, du Verseau ou, que sais-je, de tous les signes à la fois.

 

Je me sens devenir peu à peu, et je vous jure que je pèse mes mots J, autonome de notre instructeur. Je pense avoir contacté mon « maître intérieur » et apprendre doucement à l’écouter. Quelques rendez-vous de coaching et de communication m’ont aussi fait prendre aussi conscience de ce que j’appellerais mon autorité naturelle. J’entends bien poursuivre sur la voie de cette réorientation professionnelle, car, lors de tous ces entretiens, j’ai ressenti un immense plaisir : plaisir de servir, plaisir de m’appuyer sur toute mon expérience professionnelle, et sur mes « nouvelles » compétences (pas si nouvelles que ça en fait, mais conscientisées), plaisir d’être en relation et plaisir de me soumettre au plan divin. Ô si vous saviez ! Je me comprends...

 

Autre prise de conscience majeure : ma peur. Que dis-je, mes peurs ! Mes multiples peurs, qui confinent parfois au délire, et m’empêchent d’avancer, d’ouvrir la porte au changement dans ma vie et m’obligent à m’accrocher à l’ancien au lieu de m’abandonner en confiance à mes désirs, à l’univers et à ses desseins (je n’en ai pourtant pas l’air, hein ! Quand je pense qu’on me prend généralement pour une superwoman, une locomotive !, je me marre !). Quoi qu’il en soit, je ne me fais aucune illusion, je ne me laisse pas aller à une euphorie excessive. Je sais parfaitement que la vigilance sera de mise et que mes réflexes timorés risquent de ressurgir plus souvent qu’à leur tour. Au moins, j’y mets de la conscience.

 

Je me rends compte à l’instant que mon partage est sacrément différent des précédents. Normal dirait François : « Aujourd’hui est le premier jour du reste de votre vie » ! (vous connaissez ce film ?, moi je l’adore ). 

 

 

Je mesure que mon évolution se traduit jusque dans ma communication. et pas uniquement d’ailleurs, mon corps a changé aussi, se débarrassant d’une partie de son armure de protection… Mon alimentation…. Mon rapport à l’amour et au couple aussi… Mais je ne vais quand même pas tout vous dire. Et si… ma vie était en train de changer, tout simplement ? Rhoooo, de changer ou de commencer ?

 

Bon, calmons-nous et revenons à nos moutons. Il y a un autre truc que j’ai envie de vous dire, là maintenant. Je me sens en lien, incroyablement en lien, tellement que ça me fiche les larmes aux yeux de l’écrire. En lien avec moi, moins coupée de tout ce qui fait mon essence. En lien avec mes proches, dans une relation probablement plus adulte. En lien avec mes amis Hercules (et les autres, bien sûr). Et, en lien avec l’univers. La petite voix qui parle dans la tête me souffle que j’oublie un niveau : en lien avec l’invisible (oups, c’est dit !).

 

A la réflexion, je me demande si je me suis vraiment calmée. Je ne suis d’ailleurs plus très sûre d’avoir envie d’être calme. «Avant oui, plus maintenant !»

  


Verseau et Poissons – janvier-février

 

Ou quand mon Hercule se libère en s’opposant.

 

Au cours de ces deux mois de janvier et de février, l’Hercule que je suis a fait un travail colossal sur son rapport à l’autorité masculine: j’ai revisité ma relation au père, au chef. Je me suis opposée, j’ai râlé, renâclé. Pas drôle ! C’était beaucoup plus facile quand j’étais d’accord. Mais en même temps, il s’agissait d’une étape incontournable et essentielle, c’était lâcher un conditionnement bien encombrant, que dis-je paralysant.

 

Je vous résume l’affaire en quelques mots: je ne suis pas d'accord sur un certain nombre de points fondamentaux avec l’autorité masculine, en l’occurrence notre enseignant, et je lui dis. Sans violence et sans projections, mais je lui dis. Sans m’enfuir non plus. Deux mois durant, François et moi avons ferraillé, ça m’a épuisée, mais, pour la première fois dans ma vie je crois, je suis bien campée sur mes deux jambes, dans le respect de moi face à une autorité masculine. Alors j'ai peut-être tort... et si c’est le cas, je le saurais bientôt, je fais une totale confiance à l’univers pour ça. Mais là, je me sens pleinement heureuse telle que je suis, en accord avec mes valeurs. Oui, je me sens comme sur ces dessins montrant l'évolution de l'être humain au fil des millénaires: je suis au stade où je relève la tête, je me sens droite et forte. Mieux, je me sens .. LIBRE !

 

Merci d'avoir accueilli cette opposition comme tu l’as fait, François, et de m’avoir permis de me mettre debout.

 

Je pourrais aussi vous raconter des histoires de poissons qui vont dans des sens opposés et qui sont reliés par un même cordon, mais franchement, ce serait du menu fretin par rapport à cette histoire avec l’autorité. Pardon François, c’est faire bien peu de cas de l’unité ! Non sans rire, je me suis sentie submergée pendant tout le mois, ça ne s’invente pas tout de même !

 

Une chose tout de même, un tout grand merci à Nath qui, dans la méditation qu’elle a proposée, m’a permis de toucher l’unité, moi qui suis en permanence déchirée entre mes deux prénoms, qui suis Gémeaux ascendant Balance. Un moment d’une force incroyable dont le souvenir m’émeut encore.

 

Voilà, il reste encore le week-end de clôture ; gageons que je reviendrai encore une fois. Mais d’ici là, je m’offre et j’offre à tous les doux dingues qui m’ont accompagnée dans cette aventure (voilà que je parle comme à la Star Ac’) cette chanson de Sandrine Kiberlain qui me trotte dans la tête depuis tout à l’heure : M’envoyer des fleurs ! 


 

Epilogue


 

Voilà, c’est fini. Cette chanson de Jean-Louis Aubert m’a souvent trotté dans la tête depuis ce magnifique week-end de clôture, encore rehaussé par la présence de nos amies Les Tisseranes que je remercie de tout cœur. Un week-end tout entier destiné à nous faire atterrir pour repartir dans nos vies, forts de nouveaux acquis, mais humbles. Humbles devant les autres et devant la Vie.

 

C’est fini, c’est vite dit. Le premier cycle est terminé. Une année qui me semble être passée à la vitesse de l’éclair, rythmée par les week-ends mensuels, par les échanges de mails ainsi que par les compréhensions et les changements majeurs qui sont intervenus.

 

C’est une femme libre et debout qui entame le second cycle. Une femme plus consciente encore. Une femme plus heureuse et plus sereine aussi. Et le deuxième cycle a bel et bien commencé. Si les premières semaines ont été relativement calmes, l‘univers semblant m’accorder un peu de repos, les choses sérieuses ont repris à l’approche du Taureau. Manifestement, le travail s’effectue cette fois immédiatement sur l’axe (Taureau-Scorpion). Ca semble aller plus vite et nécessiter moins de souffrance, j’insiste sur semble, j’ai appris à être prudente… J’aime cette approche où les liens s’établissent très vite, s’imposent en quelque sorte avec une certaine évidence. Je sens que je peux m’appuyer sur un socle solide pour accueillir ce qui se présentera désormais, agréable ou moins agréable.

 

Ceci est donc mon dernier partage sur mon année d’Hercule. J’en profite pour remercier une dernière fois François pour le chemin qu’il m’a aidée à parcourir. L’outil qu’il propose est absolument fantastique et je suis certaine que je n’ai pas fini d’en découvrir les facettes et les richesses, loin de là ! Je sens que je dispose d’un sacré viatique pour la suite de mon voyage ! Je resterai sobre :

 

M E R C I

 

Mes derniers mots seront pour mes chers compagnons. Je pense à chacun d’entre vous en écrivant. Je pense à vous souvent d’ailleurs, me rappelant un fou rire, une émotion, une étreinte. Je vous souhaite le meilleur. Inutile d’en dire plus, nous nous sommes déjà dit tellement de choses…

 

Voilà, ça me fait un peu bizarre, mais je vais en rester là. Alors, comme dirait François : Vive la suite !

 

Et bon vent au groupe suivant !

 

Anne O'Nimes



 

Postface :

 

Un chaleureux merci pour ce témoignage minutieux et de grande valeur.

 

Afin d'éviter toute confusion avec des situations actuelles, notons que Anne O'Nimes n'a finalement pas pris la position de communication dont a elle parlé à un certain moment dans son compte-rendu, pour les raisons d'opposition dont elle parle très bien en fin de cycle...

 

Merci pour ce précieux carnet de bord...

 

... et voici un accès direct au cycle de "Mes douze travaux d'Hercule".

 

François.