Hercule et le zodiaque


Capricorne


 

 

Voici quelques questions comme autant de portes d'entrées qui vous aideront à entrer dans l'énergie du signe à partir - c'est important - de votre propre histoire, de votre propre réalité :

 

  • Est-ce que je prends ma place, toute ma place, et rien que ma place ?
  • Suis-je prêt à assumer un pouvoir sain et constructif ?
  • Quel est mon rapport à la structure ?
  • Est-ce que j’apporte une contribution à la société ?
  • Comment est ma relation à mon père, et à l’énergie du père en général ?
  • Suis-je en rébellion ou en fuite par rapport à l’autorité, est-ce que je l’accepte et/ou est-ce que je la manifeste moi-même ?
  • Est-ce que je vis au niveau de l’Esprit, sans me laisser perturber par les émotions (tout en les acceptant) ?

 

Le Capricorne épanoui prend sa place, toute sa place et rien que sa place. Il s’engage, et il est juste dans ses décisions. Il ne craint ni l’échec ni la réussite.

 

Le Capricorne frustré fait, ou subit, des prises de pouvoir. Son rapport à l’autorité est perverti : la fuite de ses responsabilités, la rébellion contre l’autorité extérieure, la tyrannie et/ou la corruption sont autant d’attitudes qui l’empêchent d’être soi.

 

Voici quelques références sonores et imagées pour illustrer l'ambiance du signe. Ce n'est pas tellement chaque extrait séparé qu'il faut évaluer, mais plutôt l'ambiance globale qui s'en dégage...

 

En bas de page, vous trouverez encore un texte essentiel lié au mantra du signe.

 



Affirme-toi et prends ta place.


Il est temps de dépasser ton maître extérieur et d'écouter la voix de ton maître intérieur. Tu pourras le dépasser quand tu lui auras totalement fait confiance. Comment peux-tu espérer être à l'écoute de ton maître intérieur, qui seul est en relation avec l'Esprit, si tu te maintiens en rébellion face à l'autorité incarnée ?


Apprends de ton maître extérieur ce que signifie fondamentalement « prendre sa place ». Aussi longtemps que tu le rejettes, tu ne le comprendras pas, et tu ne te comprendras pas. En te braquant sur ses défauts, réels (si tu es objectif) ou imaginaires (si tu projettes sur lui tes propres défauts), tu lui interdis le droit à l'imperfection. Et, par ricochet, tu t'interdis à toi-même le droit à cette même imperfection. C'est ainsi que tu t'empêches de prendre ta place, toute ta place, et rien que ta place.


La rébellion n'est pas l'affirmation de soi. C'est au contraire la négation de soi, du Soi. Apaise-toi. Guéris cette blessure liée à l'absence du père, à la domination du père, à l'injustice du père, à ton complexe d'infériorité ou de supériorité par rapport au père. Arrête d'en vouloir à Dieu pour tous les malheurs de l'humanité. Laisse-toi guider au coeur de toi-même, au coeur de la vérité que tu recherches et rejettes à la fois. Alors, tu pourras « dépasser » ton maître extérieur. Tu prendras le relais, et dans tes moments de doute et de rechute tu te rappelleras comment il gérait la même situation que tu peineras à solutionner. Non point pour l'imiter, car tu ne seras plus dépendant de son modèle, mais pour t'en inspirer.


Sors de l'ombre des autres. Appuies-toi sur ta propre vérité, sur ta propre structure. Redresse ta colonne vertébrale. Affirme-toi à partir de qui tu es, non plus à partir de ce que tu refuses ou revendiques pour des tas de mauvaises raisons. Prends ta place. Deviens le père incarné, représentant du Père invisible dont tu manifestes la réalité à travers tes paroles, tes attitudes et tes actes.


« Je vous ai apporté un présent. C'est tout ce que j'ai mais le voici... Tendez les bras et serrez-le bien ; ce n'est que la force dans la caresse d'une douce brise mais elle vous emportera à la rencontre de l'aigle dans le ciel. »

(tradition amérindienne Pawnee).


Ton rôle de père est une fonction d'accompagnement, et non d'imposition. Les limites servent à délimiter le chemin, non à brimer. Réellement ou métaphoriquement, tu seras confronté aux enfants qui sortent des jupes de leurs mères, qui confondent l'essentiel et l'existentiel, qui - comme toi avant eux - confondent l'enseignement et l'avis personnel, la conscience et les émotions, la vérité et les conditionnements, l'infini et l'éphémère. Détaché de l'engluement émotionnel, tu verras l'humanité augmenter sa souffrance en pensant y échapper. Tu guetteras la faille qui laissera entrer la lumière, et tu te glisseras dans cette faille pour éclairer l'être de l'intérieur.


Quand ton enfant, ton élève, ton client, ton disciple, aura contacté cette réalité transpersonnelle en lui, il sera prêt à voler de ses propres ailes. A la rencontre de l'aigle dans le ciel.


 

Voici un accès direct au cycle de "Mes douze travaux d'Hercule".