Hercule et le zodiaque


Bélier

 

 

Une tâche pour démarrer votre travail du Bélier :

 

Identifiez votre Abdéris (*), votre compagnon intérieur de toujours, votre peur fondamentale dont vous chercherez à vous débarrasser d’ici la fin de ce mois astrologique.

 

De quoi avez-vous peur, de quoi vous protégez-vous, et par conséquence quel type d’agression manifestez-vous et/ou attirez-vous à vous ?

 

(*) : voir le travail d'Hercule décrit dans l'ouvrage d'Alice Bailey

 

 

Le Bélier épanoui cultive sa spontanéité et honore/canalise son agressivité naturelle. Il ne réfléchit pas avant d’agir, mais il apprend de ses échecs qu’il considère comme des opportunités pour grandir.

 

Le Bélier frustré tape sans arrêt sa tête contre un même mur. Ignorant à quel point son comportement répétitif provoque son propre découragement, soit il finit par perdre sa belle spontanéité, soit il devient exagérément violent.

 

Et voici quelques références sonores et imagées pour illustrer l'ambiance du signe. Ce n'est pas tellement chaque extrait séparé qu'il faut évaluer, mais plutôt l'ambiance globale qui s'en dégage...

 

En bas de page, vous trouverez encore un texte essentiel lié au mantra du signe.

 


Le poisson d'avril, ce n'est pas dans le signe des Poissons. C'est dans le Bélier. Et pour cause !


Ne te défends pas, et tu ne seras point attaqué.

 

On dit, parfois, que l'attaque est la meilleure défense. Ce dicton est particulièrement intéressant. Il signifie que la volonté de se défendre crée l'attaque. Et d'où vient l'envie de se défendre ? De la peur, évidemment. La défense ne se nourrit pas de l'ennemi, elle se nourrit de la peur de l'ennemi. Nous n'avons pas besoin d'un ennemi pour avoir peur. Il suffit de l'imaginer. Cela suffit amplement. L'imaginer suffisamment dangereux pour justifier notre peur. Quand notre peur et notre souffrance sont assez grandes, elles génèrent l'agression, la violence et la guerre.


La peur n'est pas seule à donner naissance à l'agression. Ce rôle est également rempli par le désir. Un désir qui n'est pas dominé par le coeur cherche à envahir ou à posséder l'objet sur lequel il se fixe. Le même désir qui mène au viol ou à une approche pleine de tendresse. Dans un cas, il est véhiculé par la souffrance. Dans l'autre, il est porté par l'amour.


Nous pouvons développer une gamme d'attitudes identiques face à ce qui nous plaît et face à ce qui nous déplaît : agresser, pourchasser, annexer, « rentrer dedans ».


On dit, aussi, que les braconniers font les meilleurs garde-chasses. Celui qui a fait le mal est le mieux placé pour le combattre. Ainsi, le Bélier peut (ré)orienter positivement son énergie de confrontation. Il doit, pour cela, changer de croyance et d'attitude. Il peut comprendre que ce n'est pas l'attaque qui génère la peur, mais que c'est la peur qui génère l'attaque. D'où la phrase « Ne te défends pas, et tu ne seras point attaqué ».


Les imbrications relationnelles entre deux « partenaires en confrontation » sont plus élaborées qu'on ne le penserait à première vue. Un attentat terroriste fait exploser une rame de métro dans une nation en paix. Les dirigeants de cette nation ripostent en éliminant les commanditaires présumés de cet attentat. L'attentat est l'action, et l'exécution des terroristes est une réaction. Mais ne pourrait-on pas voir que l'attentat est une réaction aux méfaits que cette nation a elle-même perpétré antérieurement à l'étranger ? Et que cette intervention à l'étranger est une réaction à un développement géopolitique hostile à cette nation ? Développement géopolitique qui lui-même est une réaction à ... etc. ... etc.


Sommes-nous si aveugles au fait que l'origine des conflits et des guerres se perd dans la nuit- des temps ? Que nous sommes encore en train de payer pour l'assassinat du Christ ? Que Dieu est censé avoir chassé l'être humain du paradis, et que nous continuons à nous en écarter au gré de nos peurs, de nos défenses, de nos actions et de nos réactions ?


Par ailleurs, n'avons-nous pas peur de ce que nous désirons le plus ? Quand nous transcendons cette dualité de peur-désir, nous pouvons développer une des plus grandes qualités du Bélier: la spontanéité, la capacité de fonctionner pleinement dans le présent, sans aucune référence au passé ni au futur. Chaque seconde est là, à notre disposition, terrain vierge attendant d'être visité. Mais pour explorer ce terrain vierge, il faut prendre des initiatives, il faut agir, réagir, poser des actes. Sinon il restera vierge à jamais, disparu dans un passé auquel nous n'aurons plus accès autrement que par notre « souvenir », imagination transformatrice d'un passé qui fut un jour présent.

Nous pouvons créer le paradis sur terre, retrouver ce paradis dont se souvient notre âme. Pour cela, il faut déposer les armes. Arrêter de se défendre. Arrêter d'agresser. Changer de paradigme. Transmuter l'énergie du Bélier en dévoilant le cercle vicieux de l'agression et de la défense, et en posant des actes qui propagent l'amour et la lumière.


En contactant l'énergie du Bélier, vous êtes prêt à vous confronter à votre désir d'avancer, ainsi qu'à votre désir d'en finir avec vos névroses qui n'en finissent pas de vous faire stagner. Vous êtes prêt à retrousser vos manches et à ... AGIR.

 


 

Voici un accès direct au cycle de "Mes douze travaux d'Hercule".