La culture du Trois

Bienvenue à la culture du Trois...

 

Sans le savoir, j'ai toujours été attiré par la dynamique du Trois. Par la culture celtique, et son symbole du Triskel. Par le chamanisme, qui contrairement à d'autres approches spirituelles, investit les mondes d'en haut, d'en bas et du milieu. Par le troisième oeil, la vision de la conscience qui transcende la dualité. Par les relations intimes à trois personnes. Par l'aspect du trigone en astrologie, qui amène de la fluidité dans les cartes du ciel. Par la révélation du Grand Troisième, exploré dans le bel ouvrage "Jamais deux sans trois" de Jean Marchal aux éditions A.L.T.E.S.S.

 

Petit à petit, d'une décennie à l'autre, j'ai commencé à percevoir une cohérence dans ces divers centres d'intérêt. Mais, contrairement à mon habitude dans d'autres domaines, je n'ai trouvé aucune école, aucun mouvement, aucun enseignement qui abordait une quelconque culture du Trois dans son ensemble.

Bien au contraire, je me suis heurté à une série de conditionnements et de limitations qui lui barraient la route. En religion et en spiritualité, on se situait souvent "entre ciel et terre", en démonisant nos puissantes racines d'en bas. Dans les relations intimes, l'apparition d'une troisième personne - pourtant bien souvent inéluctable - était généralement vue comme une menace pour le sacro-saint dogme du couple fidèle et exclusif. En psychologie classique, l'étude du trio se limitait à sa manifestation la plus néfaste à travers le fameux "triangle de Karpman" décrivant la dynamique du bourreau, de la victime et du sauveur (ou bouc émissaire). Au cinéma, les trios représentés étaient jusqu'il y a peu - dieu merci, ça a commencé à changer - des hors-la-loi, des braqueurs de banque, des dépressifs notoires, des meurtriers, des junkies. Bref, quel que soit le domaine, la représentation du trois ressemblait à une véritable désolation.

Chemin faisant, pelant graduellement l'oignon, je me suis retrouvé au coeur du conditionnement, j'ai nommé : le paradigme du bien et du mal. Cette dualité s'active sur un principe fort simple, qui peut être décliné sous des milliards de formes : "Ce que je désire et/ou ce à quoi je crois est le bien, et son contraire est le mal". C'est la source de toutes les guerres.

Tout en traversant allègrement - ou moins allègrement - cette collection de préjugés, j'en suis arrivé à développer petit à petit, en autodidacte : d'une part mon approche globale de l'unification, une voie d'acceptation, et d'autre part la présente approche plus pointue, qui m'est peut-être plus personnelle encore, la culture du Trois.  

Certains vécus, certaines rencontres, mais aussi certaines lectures, rares et précieuses, m'ont soutenu sur ce chemin...

 

 

 

 

Un pas décisif sur ce chemin fut la création, sur Facebook, du groupe "Jamais deux sans trois", renommé "La culture du Trois". Je n'étais plus seul à creuser ce sillon ! Avec la petite cinquantaine de membres, c'est dans la joie et la bonne humeur que nous en avons commencé à partager et à expérimenter toute une série d'autres aspects du Trois.

Maintenant, c'est ici, sur ce site public de Toc Tic Toc, que la culture du Trois se manifeste. J'espère qu'elle vous plaira, qu'elle vous intriguera, qu'elle vous fera bosser. N'hésitez pas de partager à ce sujet au bas de cette page...

Dans les pages qui suivent (ou qui suivront), je vous invite à explorer le Trois dans tous ses aspects. Spirituel par la trinité qui transcende la dualité. Conscient par le troisième œil. Chamanique par l’union des mondes d’en haut, d’en bas et du milieu. Relationnel par les relations intimes et la vie à trois.  Nous développerons également la compréhension de cette dynamique particulière à travers sa déclinaison dans tous les domaines, tels que l’aspect du trigone en astrologie, le triangle infernal en psychologie, le trio au cinéma, le management à trois, et ainsi de suite…

 

Cette approche du Grand Troisième est un acte d’amour, un outil de reliance, une exploration hors des normes classiques. Il s’ouvre aux personnes qui se reconnaissent pleinement dans cette démarche, autant qu'à celles qui désirent s'y intéresser.

 

1, 2, 3… c’est parti !

François.

 


Pages :







Partagez vos commentaires :

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Alain KAISE (mardi, 26 juillet 2016 16:05)

    Pour moi, le "3" est "La Voie du Milieu", de l'équilibre entre les 2 extrêmes opposées... C'est un chiffre de "passage" vers un niveau supérieur (c'est le premier enfant qui fait passer du couple à la famille). C'est le chiffre qui fait sortir du conflit du "2" qui met face à face et oppose... Il est en même temps menace pour le couple et ouverture vers une dimension d'équilibre plus accompli : c'est le passage vers une autre maturité plus riche... Le 3e élément fait sortir l'enfant de la fusion avec sa mère vers la découverte et l'exploration du monde extérieur... C'est le pilier qui permet l'équilibrage des deux plateaux de la balance... C'est le chiffre de la relation (il y a toi, il y a moi et il y a la relation dans l'échange... C'est vrai qu'il y aurait matière à écrire un livre avec un moins... 3 chapitres! :-)

  • #2

    Abby (vendredi, 29 juillet 2016 06:47)

    Heureuse que la culture du Trois ait trouvé un ancrage au sein du projet globale qui t'anime. Ça sera un bonheur de venir picorer ça et là l'inspiration, et peut-être d'y insuffler un peu de mon âme ;) Tendrement, Audrey.