Accepter « ce qui est » : sortir de la confusion

 

La confusion la plus commune qui empêche de comprendre – voire d’accepter, ha ha – le concept de l’acceptation, c’est quand on n’arrive pas à faire la différence entre « accepter ce qui est » et « subir ce qui est ».

 

Cette confusion-là représente un barrage de rejet et de non-acceptation. Elle nous maintient dans le morcellement de notre être, dans un paradigme de dualité dans lequel nous n’avons que le choix bien manichéen entre « le bien » et « le mal ». J’ai régulièrement à cœur de lever cette confusion.

 

Je vous partage ci-dessous une explication toute simple, qui peut-être vous éclairera. En tous cas, je vous le souhaite.

 

Elle provient d'un manuel d’étude établi par les disciples de Lee Lozowick, dans un chapitre comparant les enseignements de celui-ci et de son ami Arnaud Desjardins.

 

Je vous la traduis en français, et joins le texte original sous la traduction :

 

Accepter « ce qui est »

 

Il y a une différence entre « accepter » et « prendre ». La « prise » des choses appartient à un processus d’auto-référencement : nous nous approprions la chose au profit de notre auto-identification, ce qui est une forme de désir, d’attachement ou d’agrippement. Prendre, c’est comme de dire « Je suis ceci », alors qu’accepter c’est dire « Ceci est ».

 

L’acceptation de tout ce qui est, a simplement pour fonction de reconnaître la vérité : oui il y a de la souffrance, oui il y a de la joie, oui cette chose vient de se passer, oui il y de la colère naissante, oui il y a de la peine. Simplement : oui.

 

Ces expressions non seulement font référence au non-rejet de la vie, ou tantra, mais elles sont également des pures expressions de l’essence non-duelle de la réalité.

 

Accepting "What Is"

 

There is a difference between accepting and taking. The taking of things is a self-referencing process ; we claim the thing for our self-identification, which is a form of desire, attachment, or grasping and contracting. Taking is like saying, "I am this," while accepting it is saying, "This is."

 

The accepting of everything is simply a function of acknowledging the truth ; yes there is pain, yes there is joy, yes this thing just happened, yes there is anger arising, yes there is sorrow. Simply, yes.

 

Not only do these statements refer to the non-rejection of life, or tantra, but they are also pure statements of the non-dualistic nature of reality.

 

(Hohm Sahaj Mandir Study Manual, A handbook for practitioners of every spiritual and/or transformational path, volume II, pg 459)

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0