Comment je suis passé de l'unification à la révélation de potentiels

 

Avez-vous déjà vu le film de Spielberg, "Close encounters of the third kind" - "Les rencontres du troisième type" ?

 

(Troisième type ? Quel troisième type ? Nous y reviendrons plus loin...)

Une séquence de ce film m'a toujours interpellé, depuis sa première vision jusqu'à ce jour. Maintenant, quelques décennies plus tard, je comprends enfin en quoi elle me parlait de moi. Parce que je la vis.

 

A plusieurs endroits, des personnes qui ne se connaissent pas et ignorent tout les uns des autres, se mettent - parfois obsessionnellement - à reproduire "quelque chose" qui les dépasse, en fait une sorte de monticule qu'ils dessinent, sculptent, etc.

Cet extrait du film montre le personnage de Richard Dreyfuss au début de sa quête, sculptant son objet non identifié dans de la purée. "Je ne peux pas décrire ce que je ressens, ce que je pense - ceci doit signifier quelque chose", dit-il à sa famille éberluée.


Plus tard, la télé (Internet n'existait pas encore) montre les images d'un cratère dans lequel un rendez-vous est prévu avec des extraterrestres. Instantanément, les personnes en question reconnaissent ce truc qui les obsédait depuis un temps. Ils se rendent compte qu'ils ont été informés/choisis télépathiquement pour aller à leur rencontre, faisant fi du protocole terrestre qui mettait cette rencontre aux mains du gouvernement et de l'armée. 

 

Mon propre cratère, mon propre rendez-vous collectif, aura été la voie de l'unification, de l'acceptation de tout ce qui est. C'est seul, absolument seul, que je l'ai explorée et définie, puisant à toutes les sources possibles et imaginables, une voie qui me semblait être la seule possible - en tous cas pour moi. Parfois je trouvais un écho puissant à ma quête à travers des rencontres avec les univers de gens comme Lee Lozowick, William Blake, Jean Markale, Omraam Mikhaël Aïvanhov... Chacune de ces rencontres, lectures, découvertes, était du délice à l'état pur. Avec eux, j'entrevoyais mon Graal. 

Du vent contraire, j'en ai reçu plus que je ne l'aurais désiré. Car "ça ne se fait pas" de tout accepter, n'est-ce pas. Alors que de nombreuses voies spirituelles préconisent l'acceptation de "ce qui est" comme un précepte ultime et incontournable. Les résultats ne se sont pas fait attendre, et ma vie a changé - en mieux - une fois que j'ai commencé à adhérer à cette "self made spiritualité". Mais avant d'y adhérer, il m'a fallu la définir. J'ai construit mon unification dans ma propre purée, pour reprendre la métaphore de l'extrait de film que je vous ai partagé plus haut.

Chemin faisant, transcendant la dualité qui s'érige en obstacle sur la voie de l'acceptation (ah ! l'incontournable paradigme clivant notre monde en termes de "bien" et de "mal" !), j'en suis venu à développer la culture du Trois, m'appuyant systématiquement et à tous niveaux sur l'observation et l'activation du troisième élément dans tout interaction humaine et au-delà. Là aussi, j'ai trouvé de puissants tremplins dans certains ouvrages comme "Jamais deux sans trois - Le Grand Troisième dans les relations humaines" de Jean Marchal ou "Bienheureuse infidélité" de Paule Salomon. Là aussi, une "self made ligne de vie" loin de toute norme ou de tout poncif relationnel.

Ma démarche d'unification, avec comme sous-sujet la culture du Trois, est très clairement mon "chemin le moins fréquenté". Avec le temps, plus la cohérence de ma démarche et mon bonheur de vie augmentaient, plus le fossé avec les paradigmes de ma clientèle et du "commun des mortels" se marquait. Je me retrouvais, totalement involontairement, dans ce drôle de paradoxe qui voulait que plus je m'épanouissais, plus j'étais heureux, plus je faisais peur.  

 

Le temps était venu de cesser de m'identifier publiquement à la voie de l'unification. Elle était le phare de mon site Internet ? Soit, je l'ai reléguée dans ma présentation perso "Qui suis-je".  A la place, j'ai suivi pendant des mois un coaching intensif pour redéfinir mon place dans le monde, et plus particulièrement au niveau professionnel. J'ai mis en avant un aspect de ma personnalité qui apparaîtrait comme plus concret et plus rassurant aux yeux de ma clientèle : le révélateur de potentiels. Ainsi je cessais de vendre ma propre démarche tellement épanouissante à mes yeux, et j'aidais chacun à développer la sienne. 

 

Ce changement était bouleversant pour moi. J'avais accepté de rester "seul dans mon coin" à développer cette magnifique unification. Quelque chose dans cette décision était juste, car la révélation des potentiels me décrit bien, et représente bien ma mission dans le monde. Mais quelque chose coinçait en moi également. Je me trouvais à ce moment dans la peau de tous ces personnages dans "Rencontre du troisième type", juste avant qu'ils ne voient la concrétisation de leur obsession à la télévision, et juste avant qu'ils n'apprennent leur existence les uns des autres.

C'est alors que, le deuil fait, l'acceptation réalisée, j'ai découvert un peu partout des démarches similaires (pas identiques, mais similaires) à la mienne.

 

Je suis tombé sur le cul en lisant cet article "Emmanuel Macron et l'approche intégrale" qui établissait un lien entre le nouveau président français et une approche dont je n'avais pas encore entendu parler. J'ai donc découvert L'approche intégrale de Ken Wilber, et poussant le bouchon plus loin j'ai découvert La spirale dynamique qui me parlait à fond la caisse. Pour tout corser, une de mes propres clientes, Chantal Piron, s'est mise à développer La grande unification dans l'accompagnement de l'être. En googlant un peu, j'ai également trouvé une mention grande unification en physique (plus technique et détaillée ici) à laquelle je ne comprenais pas grand-chose mais dans laquelle j'ai reconnu le principe de trois dynamiques qui convergent propre à ma démarche de la culture du Trois.

Je suis certain qu'en cherchant plus, je pourrais constituer une encyclopédie des progrès de l'unification - ou quelle que soit son appellation - dans le monde. Mais là n'est pas ma vocation.

 

Aujourd'hui je me sens en paix, comme les personnages des rencontres du troisième type quand ils se réunissent dans ce fameux cratère de leur rencontre avec les extraterrestres.

 

L'unification, l'acceptation de tout ce qui est, n'est plus "ma" démarche. Mais elle est plus que jamais "ma démarche", celle qui me convient au mieux. Dans ma mission pour le monde, je peux maintenant pleinement me consacrer à mon métier de Révélateur de potentiels. 

 

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0