Je vous présente mon premier boulier-compteur !

 

 

" Il n'y a pas de troubles en mathématiques, il n'y a que des enfants troublés. " (Stella Baruk)

 

Il y a neuf mois j'ai entamé, parce que j'en ressentais la nécessité, une formation d'entrepreneur qui m'a mené à beaucoup de repositionnements. Au départ, j'avais à traverser beaucoup d'ignorances et de remises en cause. Beaucoup de noeuds à démêler.

 

Depuis lors, je me suis mis à appliquer avec bonheur la grande majorité de mes apprentissages, soutenu par une fine équipe semi-professionnelle de spécialiste en leurs domaines. A l'heure du bilan, je constate qu'un sujet, plus particulièrement, est loin d'être réglé et s'érige en "dernier bastion" à travailler. Je vous en avais déjà parlé en décembre, et je peux maintenant approfondir le sujet.

Il s'agit de mon rapport aux chiffres, et je décide de le prendre à bras-le-corps :

  • C'est avec grande joie (pas d'emblée, mais c'est venu rapidement) que j'ai découvert et accepté que je suis un "inchiffré", quelqu'un qui n'a reçu aucune éducation mathématique, l'équivalent aux chiffres d'un illettré qui ne lit et n'écrit pas les lettres. Quelqu'un qui n'apprend qu'à 60 ans qu'il existe une différence fondamentale entre chiffres, sommes, montants, nombres, numéros... qu'en lisant des nombres, on est censé ressentir un ordre de grandeur, de volume, d'ampleur... que je ne ressens pas...
  • Je découvre en particulier que nous sommes à 50% de la population à être ainsi inchiffré par manque d'éducation adéquate aux mathématiques. Ce qui se remarque moins que le pourcentage d'illettrés, dans la mesure où il est plus facile de se débrouiller socialement sans pouvoir agencer des chiffres que sans pouvoir agencer des lettres. Cette découverte est une véritable révélation pour moi, car du coup je ne suis plus un cas unique. Un cas assez extrême certes car je cumule les indicateurs d' "inchiffrage", mais certes pas isolé.
  • Après plusieurs mois de questionnements, lectures et discussions, je remarque que - alors que je suis très fort dans le maniement des mots - il me manque les bases les plus élémentaires pour comprendre "les agencements de chiffres" de tout ordre. Ce qui n'est évidemment pas top pour être un entrepreneur indépendant.

Voilà pour mes découvertes, et pour l'état des lieux du moment. Actuellement, j'oeuvre à améliorer ma condition de diverses façons :

  • Pour commencer, j'ai pris grand soin à ce que mon coach et mes plus proches collaboratrices prennent la pleine mesure de mon handicap. On ne peut vraiment bien collaborer qu'en connaissant nos points forts et nos faiblesses. Et comme c'est un handicap peu connu ou documenté, nous avons eu quelques discussions intéressantes à ce sujet...
  • Ensuite, je m'appuie sur ceux qui sont plus doués sur moi et sur toutes les ressources nécessaires, comme sur des béquilles, pour élaborer mes budgets et mes suivis financiers.
  • Entre-temps, je m'occupe de mon éducation à partir de zéro. Comme je suis un révélateur de potentiels "cordonnier bien chaussé", je sais comment procéder. Pour le moment, je m'éduque à partir des ouvrages franchement révolutionnaires de Stella Baruk destinés aux professeurs de maternelle et de primaires. Et, bien conscient de ma difficulté basique à ressentir "du volume" dans des chiffres qui sont tous écrits de la même façon, les mettant tous à mes yeux sur le même plan, j'apprends à compter sur mes doigts et... je viens de m'offrir le premier boulier-compteur de ma vie !
  • Au passage, comme je me trouve au même niveau mathématique que ma gamine qui est en train de finir sa maternelle, je lui invente à partir de mes recherches des jeux chiffrés qu'elle adore et que nous jouons ensemble.... 

Je ne suis pas en train de retomber en enfance, non... je suis en train de grandir...

 

° ° ° ° ° ° ° °

 

Plus de renseignements :

  • Ma canalisation de l'esprit des mathématiques.
  • Ci-dessous, une excellente interview vidéo à ce sujet de Stella Baruk (en français de 3 min.25 à 9 min.35) :

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0