Le 21e jour

 

 

La troisième phase de ma carrière professionnelle a commencé. Certes, elle a démarré depuis un moment déjà, mais c'est aujourd'hui que je la conscientise pleinement. Je vous partage tout cela - et le lien avec l'unification - ci-dessous. Suivez le guide...

Aujourd'hui est le 21 juin, début de l'été, jour de solstice, lendemain de pleine lune, et le démarrage du signe du Cancer. Pour moi, il représente aussi le 21e et dernier jour d'un cycle de formations que je viens de suivre avec les Entrepreneurs Spirituels ! La réflexion qui me vient à la presque-issue de ce cycle, c'est une vision en trois phases de ma carrière :

1. J'ai travaillé vingt ans dans un contexte dans lequel "le client est roi" parce que c'était lui qui savait ce qu'il voulait. Il s'agit de ma carrière dans le monde de la musique, pour les trois quarts dans une multinationale du disque (c'était avant Internet et la distribution virtuelle de la musique). Même si les entreprises lançaient des modes et des artistes, elles restaient entièrement tributaires des goûts du public.  Certes, la création était la base de ce business, mais celui-ci était avant tout opportuniste (dans le bon sens du terme), sautant sur toutes les opportunités pour faire de l'argent et gonfler le portefeuille des actionnaires.

2. J'ai ensuite viré vers une orientation spirituelle. J'y ai pratiqué - en disciple autant qu'en tant que guide - pendant vingt-cinq ans que "le maître spirituel est roi" parce que c'est lui qui connait l'aspiration de notre âme. Dans cette démarche, une fois que je suis devenu guide à mon tour, j'ai graduellement mis le besoin de la personne accompagnée en priorité par rapport au choix de mes outils. Idem dans le rapport avec les bénévoles qui soutiennent l'évolution du Sanctuaire de Gérardnoue depuis deux ans : le rapport a toujours été celui du gagnant-gagnant.

 

3. Ce qui apparaît comme nouveauté dans ma formation actuelle d'entrepreneur spirituel, c'est l'attention portée non seulement à chaque client individuel, mais au client type, au public cible. Quel est "le client" qui vient à moi, quels sont ses besoins, qu'attend-il de moi ? Je pouvais répondre à cette question pour chaque personne individuelle, mais je n'avais jamais pensé à me la poser pour mon public potentiel dans son ensemble, le mien et celui du Sanctuaire de Gérardnoue. Cette question est neuve, et elle me rapproche plus encore de mon approche toujours grandissante du collectif.   

Désormais, fort de mon expérience d'accompagnement des individus, couplée à mes nouveaux apprentissages, l'égale attention à mes compétences et aux besoins du client s'étend au public, au collectif qui m'attend. Qui m'attend les bras ouverts, dirais-je.

Ma gratitude va à l'équipe des bénévoles qui soutient ce mouvement depuis deux ans, et qui elle aussi est entrée dans une nouvelle phase.

Si mon partage vous parle d'une façon ou d'une autre, sentez-vous libres de publier vos commentaires ci-dessous.

En attendant, prenez bien soin de vous...

Écrire commentaire

Commentaires: 0