L'un ou l'autre

 

Je vous partage ci-dessous une canalisation personnelle à propos du choix entre l'un et l'autre. Cela parle de mémoires karmiques, du très "comme il faut", du choix de la différence, et du Grand Troisième. De plus, je trouve le dialogue plutôt rigolo.

 
- J’écoute tous les esprits adéquats, et en particulier mes mémoires karmiques de tout ordre, pour libérer mon pouvoir d’entrepreneur.
 
Couleur tirée : Vert naissant matière
 
Premier abord du vert, de la couleur du cœur. On y est timide, fragile, comme un ado qui en est à ses première amourettes. C’est la couleur du flirt sans engagement, celle où on fait copain-copine avec un peu tout le monde. On y est amoureux de la vie, à travers le fait d’être amoureux de quelqu’un d’autre. On y aime l’amour, plus qu’une personne en particulier. C’est trop tôt pour une relation engagée et contraignante, qui apparaîtrait trop lourde à porter. L’heure est aux amourettes sans lendemain, pour se découvrir vibrer à la vie, tout simplement. Cela peut également être le coup de foudre pour quelqu’un, coup de foudre qu’on n’ose pas nécessairement s’avouer à soi-même, et encore moins exprimer bien sûr.
 
Canalisation :
 
- Ca ne se fait pas. Voilà : ça ne se fait pas. Il faut être exclusif, jaloux, fermé sur le monde. Il faut te protéger du troisième menaçant. Pour vivre heureux, vivons cachés. Si on te demande ce que tu penses, ce que tu vis, tu te tais, et si on te pousse à t’exprimer, tu dis que tu ne sais rien. Fais l’ignorant, ne t’exprime pas. Résiste. Ignore ce qui pourrait t’ouvrir. N’exprime pas tes amours. Etre adulte, c’est s’engager. S’engager à s’occulter. C’est ça, être adulte. C’est le chemin de l’adultisme. C’est sérieux. Oublie tes rêves d’enfant, tes épanouissements d’adolescent. Oublie. Sois adulte. C’est impératif pour réussir ta vie d’adulte, pour exercer une profession sérieuse. Rentre dans le rang. Ne t’en écarte pas. C’est la voie.
 
Boum ! Ton cœur fait boum ? Oublie. Ce sont des chimères. Je suis la voix de tes conditionnements, ou plutôt de ceux qui t’habitent depuis toujours. Tu déprimes ? Ne t’inquiète pas de ça. N’écoute pas ta dépression. Maintiens la pression. Il faut réussir ta vie en adulte. Sois adulte. C’est la voie.
 
Fais les choses bien comme il faut, et tu gagneras ton paradis. C’est la voie. Je suis la voix, la voie de tes conditionnements, ceux qui t’habitent depuis toujours. Ce qui m’embête, ce sont tes velléités à résister à la résistance. Quelque chose en toi est comme le village d’irréductibles gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Cela ne me plait pas. Accepte d’être mis au pas, c’est ce qui t’est demandé. C’est la voie, c’est ma voix.
 
Si tu m’écoutes, tu arrêteras là cette canalisation et tu oublieras toute velléité à.. à quoi donc ? Non, ne te rappelle pas. Oublie. Rien que le fait de te rappeler ce qui t’habite est dangereux. Evite le danger. Sois peinard. Sois adulte. Fais comme il faut. C’est la voie.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’autre :
 
« Mais qui est l'autre
Quel étrange messager
Mais qui est l'autre
Ton visage est familier
Mais qui est l'autre
En toi ma vie s'est réfugiée
C'est un ami, c'est lui.
Toi et moi du bout des doigts
Nous tisserons un autre
Un autre moi, une autre voix
Sans que l'un chasse l'autre,
J'ai dans ma mémoire mes faiblesses
Mais au creux des mains
Toutes mes forces aussi
Mais alors pour vaincre la tristesse
Surmonter ses doutes
Il nous faut un ami
L'ami c'est lui. »
 
Je suis l’autre. Ecoute-moi. Je veux pour toi autre chose que ce qui t’est offert par le comme il faut. Je le veux pour toi, et pour le monde. Tu es attendu, tu as rendez-vous avec le monde. Ce rendez-vous ne peut paradoxalement être pris qu’en étant différent du monde. Tu es attendu en étant dans le monde, différent du monde. Fais comme tout le monde, et ton rendez-vous avec lui est raté. Sois différent de lui, et ton rendez-vous avec lui est réussi.
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’un :
 
Sois « un » avec nous, reste dans nos rangs, ne quitte pas nos normes, sois adulte. Reste dans les rangs. C’est la voie. N’écoute pas la voix, la voie de la dissidence. C’est mauvais pour toi, et pour nous.
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
L’autre :
 
Croiras-tu encore cette voix en toi, celle de tes mémoires karmiques ? Entends-tu le mensonge ?
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’un :
 
Entends-tu la perversité du dissident, celui qui vient tout casser ? Entends-tu son mensonge ?
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
Le troisième :
 
Et si tu n’étais ni le suradapté, ni le dissident ? Si tu n’écoutais plus aucune voix, que ce passerait-il ?
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’un :
 
Ecoute-moi.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’autre :
 
Ecoute-moi.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
Le troisième :
 
Imagine de n’écouter personne, ni à l’intérieur, ni à l’extérieur. Plus de voix, plus de voie. Que se passe-t-il alors ?
 
Que se passe-t-il vraiment en toi quand tu cesses d’écouter toute voix, toute voie ?
 
Oui.
 
Tu écoutes. Tu écoutes autre chose que les voix qui se bousculent, que les voies qui se bousculent.
 
Que se passe-t-il ?
 
Ce qui vient, c’est la paix intérieure. Plus de défense, plus de revendication. Le monde t’attend en état de paix. Il en a bien besoin. Il est là, ton rendez-vous. Sois différent du monde en guerre avec lui-même. Sois en paix. Il n’y a plus de voix à écouter, plus de voie à suivre. Sois en paix.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’un :
 
Ecoute-moi.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’autre :
 
Ecoute-moi.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
Le troisième :
 
Laisse-les se fatiguer. Ils sont épuisés. Ils perdent toute leur force en toi. Face à la paix en toi, plus aucune voix, plus aucune voie ne peut encore te dévoyer. Plus de voie, plus de dévoiement. Juste le dévoilement. Bienvenue. Bienvenue. Ta mémoire karmique est celle du dictat. Ta résistance est celle du dissident. Ta résistance à ta mémoire la renforce. L’un et l’autre sont engagés dans un combat dans lequel ils partent tous deux perdants. Le temps est venu pour autre chose. Je ne suis ni l’un ni l’autre, je suis le Grand Troisième.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’un :
 
Mensonge.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
L’autre :
 
Mensonge.
 
° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
 
Le troisième :
 
Laisse-les parler. Ils parlent entre eux. C’est la joute des voix. Tu es désormais en paix.
 
La présente canalisation-activation t’apporte la paix intérieure. Elle te l’apporte puissamment. Elle est la réponse que tu cherchais. Maintenant, entreprends. Il n’y a plus de voix à écouter, plus de voie à suivre. Juste des actes à poser. Un jour après l’autre.
 
Tu n’es pas seul, et tu le sais. Tes guides te soutiennent pour chaque acte posé, et tu le sais. Ils ne te disent rien. Ils te soutiennent. Maintenant, entreprends.
 
Ainsi soit-il.
 
14.6.2016

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Anne-Sophie (vendredi, 15 juillet 2016 07:37)

    Je suis baba de lire ce texte, j'ai écris en substance bien des échos de celui-ci lorsque je me trouvais au collège. Je parlais du monde "adulte" de la même manière ! J'avais placé les premiers ouvrages (car sa pensée à évolué à contre-sens depuis) d'Alexandre Jardin au rang de moteur d'action, à savoir "Le Zèbre" et " Le petit sauvage". Cela me fait du bien de lire ce "miroir". Je devais décidément revenir à la source de mon déclic qui naquit auprès de toi le 5 septembre 2008 entraînant un long processus, rencontres chamaniques et thérapeutiques. On dirait que je viens te lire comme pour m'entendre dire que tout est juste, comme le début d'un dialogue.

  • #2

    Stéphanie (dimanche, 17 juillet 2016 09:47)

    Cette canalisation est vraiment profonde et je la trouve vraiment particulièrement juste collectivement. Merci :)