Et (beaucoup) plus si affinités

 

J'ai passé ce mois des Poissons dans la maladie. En surface, l'épidémie bien étendue de grippe et de gastro. En profondeur, un "reset" de mon organisme, un véritable récurage qui permet de passer à autre chose. Je laisse derrière moi l'énergie des sept dernières années. Dernière porte, dernier passage : la Pleine Lune d'aujourd'hui. Je fais le point ci-dessous...

 

 

 

Grenat lumière :

 

Une nouvelle ère se profile à l'horizon, vous sortez du labyrinthe de vos habitudes, du cocon familial, et devenez un papillon, un peu ermite. Vous éprouvez le besoin étrange de vivre selon des critères qui ne s'appuient sur aucun conditionnement de votre histoire. Vous avez besoin d'espace, de sang nouveau. Vous pensez à moyen terme sans savoir, ni décider, où va votre route. Votre liberté a un prix, répondre aux impératifs actuels en sachant y pourvoir avec les possibilités qu'offre le présent. Vous êtes un mutant, marchant en dehors des sentiers battus, poussé à réinventer une raison d'être qui s'ajuste essentiellement aux besoins de l'époque !

 

(source : cartes de couleur de William Berton)

 

 

 

 

Voici quelques extraits de canalisations de ces derniers jours effectués à mon égard :

 

Pour aujourd’hui, tu seras et tu es libéré d’une fatalité qui te collait à la peau depuis… bien longtemps, celle de donner – inconsciemment et involontairement – foi à tout jugement qui te proclamait coupable d’avoir provoqué la réaction négative de quiconque à ton égard. Tu es maintenant débarrassé d’une réalité énergétique qui te collait « depuis toujours » à la peau, celle du bouc émissaire.

 

L’élimination définitive et inconditionnelle de l’énergie du bouc émissaire qui t’habitait encore jusqu’ici était un préambule indispensable à tout autre dégagement et/ou activation à effectuer dans le futur proche et moins proche.

 

Ton âme sort d’un tunnel appelé fréquemment nuit noire de l’âme. Tu ne t’es en rien éloigné de ton chemin, ni n’as fait marche arrière, et tu n’as perdu aucun temps. Ce tunnel était à traverser. Il ne constitue pas un obstacle sur la voie du disciple, mais une étape. C’est un test de foi. Le disciple qui continue d’avancer sur son chemin en l’absence de preuves extérieures de son progrès, celui-là est appelé à la suite. Celui qui donne prise au désespoir et quitte son chemin n’est pas élu. Il n’est pas élu, non pas parce que l’un ou l’autre doigt divin choisirait une âme qui serait plus élue que l’autre en fonction de ses mérites. Le disciple est élu ou non élu uniquement en fonction de son propre choix fondamental, celui de privilégier la foi ou le désespoir. Au moment de la récolte, on sépare le bon grain de l’ivraie. La foi est le bon grain, et le désespoir en est l’ivraie. Dans le tunnel de la nuit noire, ils sont tous deux présents, à part égale, sans visibilité et sans preuves extérieures pour favoriser la thèse de l’un ou de l’autre. Durant ce test, c’est seul, en son âme et conscience, que le disciple devra choisir.

 

« Seul celui qui a eu d'innombrables occasions d'être corrompu et qui, à toutes, leur a tourné le dos, peut dire qu'il est susceptible d'être digne de confiance face à l'octroi d'un immense pouvoir. » (Mariana Caplan)

 

Cette citation, à laquelle tu adhères si fortement, tu viens de la vivre dans ta chair pendant sept ans. Ce n’est pas la voie de la plus grande facilité, mais bien celle de la plus grande réalisation. Une nouvelle aube est en train de se lever en ce moment même, et le Soleil rayonnera dès la Pleine Lune de ce mercredi 23 mars 2016.

 

Métaphore :

 

Une pierre est jetée au milieu d’un lac. Les ondes s’en propagent en cercle vers les rivages. Le fait de jeter d’autres pierres dans l’eau favorisera-t-il la propagation des ondes, ou la perturbera-t-il ?

 

Autrement dit, l’accumulation d’efforts gâchera-t-elle la portée de l’effort initial, ou la renforcera-t-elle ?

 

Le moment de l’action débridée approche en même temps que le printemps et l’énergie du Bélier qui ouvre cette saison. Entre-temps, comme il a été dit, un développement majeur est en train de se faire, un développement qui trouvera son apogée à la prochaine Pleine Lune de mercredi soir, le 23 mars 2016. Appelons ce développement un « effet domino », ou alors une « réaction en chaîne », quoique le terme de « réaction en déchaînement » conviendrait mieux à la situation en cours.

 

La nouvelle aube se lèvera jeudi matin, pour toi, et pour tous ceux qui sont de près ou de loin associés à « tes » missions ou projets – le terme de « tes » étant une convention de langage plutôt qu’un pronom possessif.

 

 

Ma priorité absolue pour démarrer cette nouvelle période de ma vie : fréquenter de façon privilégiée les personnes, énergies, situations avec lesquelles je sens des affinités.

 

Pour me soutenir dans ce passage, je me suis offert le "mantra visuel" ci-dessus, un collage intuitif qui m'accompagnera dans les semaines à venir. Je vous le partage avec d'autant plus de plaisir que toutes mes relations sont concernées par cette évolution...

 

 

° ° ° ° °

 

 

Hier matin, au moment de publier le partage ci-dessus, les dépêches apparaissent : des explosions à l'aéroport de Zaventem et dans le quartier européen de Bruxelles, des dizaines de morts et de blessés. Le terrorisme a également frappé tout près de chez moi. Je ne peux qu'observer la synchronicité, et je sens de clôturer mon partage en faisant un lien entre mon évolution et celle de la société.

 

Il y a bien longtemps, mon propre enseignant chamane résumait comme suit notre travail assidu avec lui :  "Si vous ne devez retenir qu'une chose de votre travail, que ce soit votre capacité de ne pas vous laisser contagier par la peur." A un niveau plus personnel, j'ai aussi retenu que "le monde aura besoin de monastère laïcs", de lieux de ressourcement comme autant de piliers pour un monde de dignité. Vision que j'ai épousée en créant le Sanctuaire de Gérardnoue

 

Je ne me suis jamais battu "contre" un monde dont je ne veux pas. En faisant cela, j'y participerais et je le renforcerais. Je me suis toujours battu "pour" un monde auquel je crois, confiant dans les réverbérations de mon mouvement, en toute conscience d'être une des fourmis qui oeuvrent mondialement dans le même sens, chacun avec ses propres spécificités. La mienne, c'est la voie de l'unification, une voie d'acceptation.

 

Je me consacre désormais pleinement aux collaborations, aux connivences et aux complicités. J'ai assez donné (reçu) dans l'énergie du rejet et du dénigrement. Je passe maintenant à autre chose, et si vous sentez quelque affinité avec mon partage d'aujourd'hui... de tout coeur, bienvenue ! J'aime bien dire qu'avec moi, aucun aspect de vous-même n'est à l'abri de la reconnaissance. Hi hi.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Suzanne Boulanger (mercredi, 23 mars 2016 03:22)

    merci François pour ce partage, je ressens tellement clairement tout ce que tu exprimes. J'ai presque l'impression que tu parle de ce que je vis. l'espérance et la foi sont toujours restée pour moi cette lumière dans le tunnel. Je t'embrasse. Suzanne.

  • #2

    sophie Mincke (mercredi, 23 mars 2016 04:16)

    Merci François. Ton partage fait échos à ce que je vis, la désintégration de beaucoup de parties de ce qui me constituait, les retrouvailles avec des parties que j'ignorais, que je me cachais. J'ai l'impression de sortir du tunnel, que demain est porteur de tous les possibles.. Que c'est beau après avoir été morte vivante si longtemps ! Vive la Vie !

  • #3

    Axelle André (mercredi, 23 mars 2016 04:58)

    Merci François pour ce partage, vu les similitudes avec ma propre expérience actuelle et merci aussi de nous suggérer de garder une distance vis-à-vis de la peur, on ne peut ni vivre ni avancer avec elle